Page d'accueil


N°5 Janvier 2005

Editorial
Sommaire
 
L'intendant injuste (Lc 16.1-13) par Vivian Bénézet

Le billet d'humeur « C. C. : Le billet d'humeur ! » par Bernard Lehmann

« LA PRIÈRE : PETIT PARCOURS PRATIQUE - 3. Fructifier dans ma localité » par Claude Grunenwald
« Les évangéliques et les défis de l'heure » - Stéphane Lauzet répond à nos questions - Interview réalisée par jp.w
Lettre d'évangélisation du Groupe de Travail « Mission et Evangélisation » de la Conférence Centrale du Centre et du Sud de l'Europe
Le Billet de notre évêque : «  Il faut que les murs tombent » par Heinrich Bolleter
Le billet des Eglises
- Munster - Mobilisation autour de Cornélia
 
Sortie à Bischwiller
« La lèpre reste un problème de santé mondiale ! » par Pierre Geiser Président du Conseil de la Mission Evangélique contre la Lèpre
Congrégation des soeurs de Béthesda - « Retour sur la dédicace du Home des soeurs » par Claire-Lise Meissner-Schmidt
Centre de vacances Landersen
prochaine échéances
 
La grille du mois + grille du mois précédent -
 
Poème de Robert Braesch


contact

N°5 JANVIER 2005

 

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
UNION DE L'EGLISE EVANGELIQUE METHODISTE (UEEM)
UNITED METHODIST CHURCH (UMC)

Méditation

L'intendant injuste (Lc 16.1-13)

par Vivian Bénézet
pasteur


Le riche propriétaire a confié ses biens à un homme de confiance, lui a donné le « pouvoir » de dépenser son argent, de signer les chèques ! L'intendant représente son maître auprès des fournisseurs et des clients. En dissipant ce qui lui est confié, l'administrateur perd la confiance qui lui avait été donnée. Il risque, par son attitude, de ruiner son maître, d'être au chômage bientôt, et avec lui, d'emporter ses collègues de travail. Sa responsabilité a des conséquences sur les autres. Nos paroles et nos actes ont aussi des conséquences sur notre prochain. L'intendant est pris la main dans le sac et doit rendre les comptes à son patron. Mais cette parabole ne parle pas seulement de la gestion de l'argent que Dieu nous donne et qu'il nous confie, mais de la gestion de tout ce que Dieu nous confie. Ces paroles sont d'abord enseignées aux péagers du chapitre 15 que Jésus a ramenés vers son Père. Il les exhorte à employer sagement, désormais, les biens terrestres qu'ils avaient injustement acquis. Jésus s'adresse aux disciples au chapitre 16 et aussi à nous-mêmes. Jésus se sert de l'exemple des injustes pour stimuler le zèle des croyants. Il faut nous rappeler que Dieu nous confie la gestion des biens terrestres : l'argent, la nature, le temps, l'église « L'or et l'argent sont à moi » (Ag 11.8) « La terre et tout ce quelle contient, est à moi. » (Ps 24.1) nous rappelle notre Dieu. Nous sommes donc les administrateurs des biens que Dieu nous confie. Le danger présent dans cette histoire, c'est que l'intendant se prenne pour le propriétaire ! C'est que l'homme se prenne pour Dieu ! Mais cet intendant est un malin : il réfléchit. Littéralement en grec, « il rentre en lui-même ». Comme le fils prodigue au chapitre 15, c'est un véritable acte de recueillement qui est ici exposé. On aurait pu penser, que le moment était venu, pour cet homme de reconnaître ses fautes, mais ce n'est même pas évoqué. Il ne se remet pas en question sur les dépenses excessives qu'il a provoquées. Mais il va utiliser son intelligence pour « sauver sa situation ». L'administrateur habile, va se faire des amis parmi les débiteurs de son maître, au cas où après avoir été renvoyé, il doive travailler la terre ou mendier Il va, de son propre chef, remettre une partie de la dette des clients de son maître : 50 % à l'un, 20 % à l'autre On peut penser qu'il a continué encore. L'intendant a été indulgent envers « ses » débiteurs, contrairement au serviteur impitoyable qui a emprisonné ceux qui ne voulaient pas lui rembourser leurs dettes (Mt 18.23-35). C'est une image du pardon de Dieu, de la grâce que nous devons à notre prochain. Allons-nous remettre la dette, pardonner celui contre qui nous avons accumulé de la rancune ?
C'est sur ce point que le maître le félicite, sur sa prudence : il a « sauvé les meubles » et il a peut-être sauvé son poste ! L'intendant injuste s'est occupé de ses propres intérêts.
Dieu remet notre dette, il nous pardonne nos fautes, faisons de même pour notre prochain. Le maître reconnaît l'habileté de son régisseur : l'intendant a su bien profiter du temps, durant lequel il pouvait encore disposer des biens de son maître, pour pouvoir en retirer les bénéfices même quand il n'en disposerait plus Le réel enjeu de cette parabole est la réponse à cette question : « Que faisons-nous de ce que Dieu nous donne ? ». Comment gérons-nous l'argent que Dieu nous donne, le temps dont nous disposons, les occasions de témoignage que nous rencontrons ?
Aujourd'hui, plus que jamais, il faut « investir » dans ce qui est important. Celui qui est fidèle en peu de choses est aussi fidèle dans ce qui est important Dieu nous demande de choisir notre maître : on ne peut servir deux maîtres sans que l'un d'eux soit trompé. Nous avons donc le choix entre deux options de vie, entre le bien et le mal. Dieu nous rappelle et nous dit : « J'ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction ; choisis la vie afin que tu vives, toi et ta descendance, pour aimer l'Eternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix et pour t'attacher à lui. » Dt 30.19-20


Page 3 Méditation (fichier pdf 160 ko)

 Autres sites de l'EEM | Union de l'Eglise Evangélique Méthodiste (UEEM) | Eglise Evangélique Méthodiste Nouvelles Internationales (EEMNI) | Connexio, le réseau mission et diaconie de l'EEM | Le Centre Méthodiste de Formation Théologique (CMFT) | Centre de Vacances Landersen | Librairies Certitude
Haut de Page


Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à :En Route Tous droits réservés © UEEM janvier 2005