Page d'accueil


N°8

Avril 2005

Editorial
Sommaire
 
Méditation - Victoire - par Joseline Waechter

Le billet de notre évêque - Ah ! les enfants - par l'évêque Heinrich Bolleter
 
Agenda

Le billet d'humeur - « La Turquie, membre de l'Union Européenne : une bénédiction pour l'Europe ? » par Claude Grunenwald

Echos du Synode de l'EMF (26 février 2005)  - par Colette Guiot et Christine Otge
Lettre aux Églises - 66e Synode EMF ­ Anduze ­ 26 février 2005 - par Evelyne Otge

Retour sur le week-end de formation « Comment faire pour bien faire ? » - par Rose-May Privet

Retour sur le Congrès sur l'évangélisation (mars 2005 à Lyon) - « Restons visibles ! » - par Sandrine Pierson
 
Du vécu - Réflexions après une agression - par Hugh Johnson

Lu pour vous « Protestants en Algérie » de Zohra Ait Abdemalek - Recension par le pasteur Paul Brès
Tipi Ardent - par Robert Gillet

Billet des jeunes - « Compte les bienfaits de Dieu ! » par Maryline (Munster)

Nouvelles de nos Eglises
- Quelques nouvelles d'Agen - par Arlette Brunel
- Genève - Fête de Reconnaissance (Thanksgiving) - par Peter Karunaratna
Metz - Penser aux autres - Tourner son regard vers les autres - par Frédérique Simonetti

Mots Croisés par JP Waechter

Une histoire de grenouille


contact

N°8 avril 2005

 

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)
UNITED METHODIST CHURCH (UMC)

MEDITATION

VICTOIRE

HISTOIRE DE LAPIN, D'OEUF ET DE LION
Joseline Waechter

Entre Pâques et la Pentecôte, nous sommes toujours dans le temps de Pâques. Au-delà du folklore qui entoure cette fête, par-delà lapins, oeufs et lion, Joseline Waechter relève la pertinence de cette fête chrétienne majeure.

En cette période de Pâques, nous parlerons de lapin, d'oeuf et de lion De ceux que vous avez sûrement achetés en chocolat pour les enfants qui vous entourent. Seulement savez-vous d'où vient cette coutume, hormis le fait de vouloir faire plaisir ? Le lapin vient des pays nordiques, du temps où les Saxons adoraient, entre autres, comme divinité le lapin dessiné dans la lune ! Alors que l'oeuf nous vient de nos amis juifs qui l'utilisent toujours aujourd'hui pendant leur fête de Pâques.
Symbole de victoire
En hébreu, le mot oeuf est de la même racine verbale que le mot Pessah/Pâques qui veut dire : sauter. C'est le symbole de l'ange de la mort qui sautait par-dessus les maisons pour épargner celles où habitaient les Hébreux lors des dix plaies d'Égypte. Aujourd'hui encore, cet oeuf de Pâques proclame la victoire éclatante du Seigneur sur Pharaon et la mort qui rôdait.
... et de résurrection
C'est toujours cet oeuf (cuit bien sûr) que les Chrétiens orthodoxes utilisent pour se saluer le dimanche matin à la sortie du culte, chacun frappant son oeuf contre celui des autres, avec la formule : « Christ est ressuscité », dit l'un, l'autre répond : « oui Christ est vraiment ressuscité ». En quelque sorte, ils « trinquent » à la victoire du Seigneur.
Signal fort de la défaite du mal et du malin
En effet, lors de la crucifixion de Jésus, Satan et ses démons ont dû se frotter les mains en se disant : « ça y est, nous avons réussi, nous l'avons vaincu ! ». C'est apparemment ce que tout proclamait, même le ciel qui s'est mis en deuil à ce moment-là avec d'épaisses ténèbres à trois heures de l'après-midi. Tous ont fui, ont pleuré, ont eu peur. Quel désastre, quel malheur, quel chagrin, quelle belle défaite !
C'est ce que C.S. Lewis, à sa manière, dans le conte « Le lion et la sorcière blanche»  nous décrit : Les démons dansaient, se réjouissaient sur la dépouille de ce pauvre lion naïf qui avait cru pouvoir sauver le petit traître humain. Ils disaient : « Une fois que nous t'aurons tué et que nous serons débarrassés de toi, qui pourra nous empêcher d'aller le tuer, lui, ce petit traître humain. C'est un grand jour pour nous ! Meurs ! ». Le tour de celui-ci arriverait ensuite car, bien sûr, les démons ne tiendraient pas leur parole donnée de ne pas y toucher !

Et réhabilitation du Fils de l'Homme
Mais, surprise ! La Vie est revenue dans ce corps tout meurtri et humilié. Dans ce dessin animé, nous les voyons pétrifiés, terrorisés, ils ne comprennent pas comment cela a pu se réaliser. Plus tard, le lion dira : « Leurs connaissances ne remontent qu'au commencement de la vie sur terre. Mais si on remonte bien plus loin dans le passé, quand l'univers n'était que silence, il y a des lois dont ils ne soupçonnent même pas l'existence. En particulier lorsqu'une victime consentante, qui n'a elle-même commis aucune trahison, meurt à la place du coupable, la toute puissante mort elle-même doit reculer devant l'ennemi. »
Sa victoire devient la nôtre
C'est ainsi que l'apparente défaite de Jésus s'est révélé être une grande et véritable victoire après coup. Sa mort et sa résurrection sont devenues les gages de Sa victoire à lui dans notre mort et notre résurrection promise. Jésus, le Lion de Juda, s'est laissé faire comme un agneau qu'on mène à la boucherie, pour nous acquérir cette victoire, pas seulement pour dans l'au-delà mais déjà dans notre vie sur cette terre. Je vous donne ma paix, je ne vous la donne pas comme le monde donne, que votre coeur ne se trouble pas et ne s'alarme pas (Jn 14,27). En effet cette paix de Jésus surpasse toute intelligence humaine. Relevons nos têtes, ne soyons pas tristes et découragés comme les gens du monde dont le coeur est broyé parce qu'ils n'ont aucune espérance. Nous avons une espérance (Rm 8.18-25).
Source d'encouragement
Prenons courage ! Que d'apparentes défaites déboucheront sur une victoire tôt ou tard du Seigneur dans nos vies, si toutefois elles ne sont pas le fruit d'un péché personnel. C'est ce que nous dit l'apôtre Paul dans Romains (8.28-39).
Que cette paix, cette victoire de Jésus rejaillisse dans nos prières ce matin de Pâques, dans nos salutations entre nous, « Christ est ressuscité, oui il est vraiment ressuscité ! » même si nous n'avons pas d'oeuf dur pour accompagner la parole du geste. Que la certitude de la victoire de Jésus nous accompagne chaque jour de l'année jusqu'à Pâques l'année prochaine où l'Eglise la proclamera à nouveau à la face du monde.


Le journal EN ROUTE est accessible sur un simple clic sous la forme d'un fichier .pdf (à lire avec le logiciel gratuit ACROBAT READER, voir le site d'Adobe)

PAGE 3 / 4 (680 ko)

 Autres sites de l'EEM | Eglise Evangélique Méthodiste (EEM) | Eglise Evangélique Méthodiste Nouvelles Internationales (EEMNI) | Connexio, le réseau mission et diaconie de l'EEM | Le Centre Méthodiste de Formation Théologique (CMFT) | Centre de Vacances Landersen | Librairies Certitude
Haut de Page


Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à : En Route Tous droits réservés © EEM avril 2005