Page d'accueil


N°16

Janvier 2006

Editorial

Méditation - « Préparez le chemin du Seigneur… ! » (1ère partie) par Claude Grunenwald

Journée Mondiale de la Lèpre - : Dimanche 29 janvier 2006 - « Au nom de Jésus-Christ… » par le pasteur Pierre Geiser

Le billet de notre évêque - « Il ne s’agit pas d’un exercice intellectuel » par l'évêque Heinrich Bolleter

Théâtre : La Compagnie de la Marelle en tournée avec « l’été indien », une pièce d’Edith Cortessis

Jubilé des Sœurs de Béthesda - « Quitter, suivre, servir… » par Sœur Marlyse Kroenig - Suivre Jésus, selon le pasteur Yves Parrend

Le billet d’humeur « D’un jour à l’autre » par Daniel Nussbaumer, surintendant - Nouvelles des Koning par Etienne Koning

Le billet des lecteurs - " Retour sur la laïcité » par René Blanc

Connexio : La journée d'Anduze

Le billet de Théophile « Les 20 ans de la Maison de Retraite Béthesda Contades » par Samuel Lauber

In memoriam « Maximilien Lehmann (1913-2005) » par Samuel Lauber

Centre de Vacances Landersen « Communiqué du Conseil d’Administration : Remerciements et espérance »

Le billet des jeunes « Rencontre des jeunes : Le bon berger nous guide depuis Sion » par Christophe Bruzi

Mots croisés : « La grille du mois » par JP Waechter

« Que ferions-nous sans toi ? » Poème du pasteur Richard Doulière


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)
 United Methodist Church (UMC)

N°16 JANVIER 2006
MEDITATION

"PRÉPAREZ LE CHEMIN DU SEIGNEUR" (Es 40.3/Mc 1.3)

CLAUDE GRUNENWALD Pasteur

S’activer
Déjà, nous nous activons ! Les projets/programmes sont ficelés. Les trésoriers veillent. Y arriverons-nous cette année ? Et l’Esprit de nous dire : Préparez le chemin du Seigneur. Alors, sans grand budget, sans infrastructure pesante, la gloire du Seigneur se dévoilera, et tous la verront… (1)
Lutter contre la léthargie
Un sommeil spirituel s’installe. L’anniversaire 1905-2005 vient de montrer une laïcité de plus en plus dominante. Le peuple de Dieu se révèle comme affaibli, démuni. Nos lieux de culte n’accueillent que de rares nouvelles personnes. Et nous excusons ce constat par de fragiles arguments, avec le leitmotiv : « Garder la tête haute ». Laissons notre orgueil et notre fierté. Il nous faut tout à nouveau « préparer le chemin du Seigneur ». Pour que Lui dévoile à nouveau Sa gloire, dans et par son Église.
Par la parole prophétique
Au temps des rois d’Israël, c’est d’abord le peuple élu qui était sommé de revenir à l’Éternel, non pas les « païens ». Ministère laborieux que celui des prophètes, face à une nation rebelle. Ministère ingrat et dangereux, car il s’agit de déraciner et renverser, détruire et démolir pour ensuite reconstruire et replanter. (2) Comment ? Par la parole écrite et prophétique : divinement inspirée, vraie et pure, droite et éprouvée, vivante et efficace, tranchante et pénétrante, permanente et incorruptible, éclairante et révélatrice, fortifiante et restauratrice… Et Dieu de rappeler par Jérémie : Je vous ai envoyé mes serviteurs, les prophètes, chaque jour, inlassablement… (3)
Le Christ, la Parole, vit. La parole écrite est là, sur nos rayonnages. Mais elle n’est devenue qu’une référence, une sorte d’option. On la consulte plus qu’on ne s’en nourrit. On lui préfère les théories modernes d’ordre philosophique, psychologique et scientifique. Je crains que l’« esprit des Lumières » ne soit revenu et ne nous ait captivés.
Le changement à l’ordre du jour
Non, ce n’est pas la société française qui est devenue plus difficile à évangéliser. C’est nous qui créons des difficultés à l’Esprit de vérité. Quelle place tient la prière dans nos conseils et assemblées d’églises ? Ne croyant plus que Dieu parle, comme Il l’a fait pour les prophètes et les premiers chrétiens, nos méthodes et notre recherche d’originalité « pour attirer », supplantent la volonté et la stratégie divine. Nous ne Le cherchons plus, nous ne savons plus L’écouter. Pourtant, Jésus enseigne que les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. (4)
À quel point Satan a-t-il réussi à nous « ensorceler » (5) ? Que croyons-nous et qu’enseignons-nous au sujet du péché ? L’homosexualité n'en est plus un. Ce mal est devenu « maladie ». Si l’Église n’est plus lumière, qui éclairera notre vieux continent ? Qui fera la différence ? Rocco Buttiglione dit : « Cette Europe accepte tout et déteste être confrontée aux vraies questions, celles qui concernent son âme… Une Europe déchristianisée, sans âme, vide, qui ne sait plus d’où elle vient ni où elle veut aller. » (6) À qui, en partie, la faute ?

... La repentance
Quelle place tient la confession des violations à la loi divine ? La grâce ne signifie rien sans cela. Et de prétendues « conversions » sont souvent des « adhésions » sans suite. Parce qu’il n’y a pas eu repentance. Avides d’expériences, nous soupirons après une nouvelle Pentecôte, mais négligeons de « préparer le chemin du Seigneur ». Nous voulons « (re) construire et (re) planter » et faisons l’économie du « déracinement ». Les évangélistes relatent que les aspirants à la vie nouvelle reconnaissaient publiquement leurs péchés. (7)
Étape incontournable depuis toujours
Certains rois d’Israël ont osé s’humilier à l’écoute du message prophétique. Josias, bouleversé par la lecture du livre de la loi, déchira ses vêtements. (8) Un vrai « déchirement » intérieur. Pour Josias, l’Écriture était bien la parole inspirée de Dieu. Sa réforme ramena la gloire du Seigneur en Israël. De nombreux repentants la virent et l’expérimentèrent. Durant ces siècles d’Histoire, le même message retentit, avec une belle promesse : Revenez à Moi, et Je reviendrai à vous, dit le Seigneur. (9)
La suite au prochain numéro
____________________
(1) Es 40.5 – (2) Jr 1.10 – (3) Jr 7.25 – (4) Jn 10.4 – (5) Ga 3.1 – (6) Le Point n° 1677 du 4/11/04 – (7) Mc 1.5 – (8) 2Ch 34.19 – (9) Ml 3.7

La méditation en pdf (300ko)