Page d'accueil


N°16

Janvier 2006

Editorial

Méditation - « Préparez le chemin du Seigneur… ! » (1ère partie) par Claude Grunenwald

Journée Mondiale de la Lèpre - : Dimanche 29 janvier 2006 - « Au nom de Jésus-Christ… » par le pasteur Pierre Geiser

Le billet de notre évêque - « Il ne s’agit pas d’un exercice intellectuel » par l'évêque Heinrich Bolleter

Théâtre : La Compagnie de la Marelle en tournée avec « l’été indien », une pièce d’Edith Cortessis

Jubilé des Sœurs de Béthesda - « Quitter, suivre, servir… » par Sœur Marlyse Kroenig - Suivre Jésus, selon le pasteur Yves Parrend

Le billet d’humeur « D’un jour à l’autre » par Daniel Nussbaumer, surintendant - Nouvelles des Koning par Etienne Koning

Le billet des lecteurs - " Retour sur la laïcité » par René Blanc

Connexio : La journée d'Anduze

Le billet de Théophile « Les 20 ans de la Maison de Retraite Béthesda Contades » par Samuel Lauber

In memoriam « Maximilien Lehmann (1913-2005) » par Samuel Lauber

Centre de Vacances Landersen « Communiqué du Conseil d’Administration : Remerciements et espérance »

Le billet des jeunes « Rencontre des jeunes : Le bon berger nous guide depuis Sion » par Christophe Bruzi

Mots croisés : « La grille du mois » par JP Waechter

« Que ferions-nous sans toi ? » Poème du pasteur Richard Doulière


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)
 United Methodist Church (UMC)

N°16 JANVIER 2006
« Que ferions-nous sans toi ? » Poème du pasteur Richard Doulière

Toute une année encor’, Seigneur, s’est écoulée
Sans que jamais ta main nous ait abandonnés.
Toujours tu fus présent ; tu nous as tout donné.
Nous t’avons vu agir en toutes nos journées.

Oh ! Merci, Père aimant, pour les petits bonheurs :
Ceux que tu as donnés, ceux que tu donneras,
Le secours quotidien, la force de ton bras,
Ton pardon permanent, ton amour en nos cœurs.

En chacun des combats, merci pour ta victoire ;
Pour ta consolation qui a séché nos pleurs,
Pour ta paix ineffable au sein de nos malheurs
Et pour le jour tout proche où nous verrons ta gloire.

Nous savons que, bien lourds, seront les lendemains
Si doit se prolonger ta longue patience.
Que ferions-nous sans toi ? Nous serions sans défense.
De nouveau, dans ta main, nous mettons notre main.

Richard Doulière
2005