Page d'accueil


N°17

Février 2006

Sommaire

Editorial

 Méditation « Préparez le chemin du Seigneur… ! » (2e partie) Esaïe 40.3/Marc 1.3 par Claude Grunenwald, pasteur
 

Billet d’humeur « Superficialité inéluctable ? » par Jean-Ruben Otge, pasteur

Le billet à Théophile par Samuel Lauber, pasteur

Séminaire d'évangélisation francophone « Afin que le monde connaisse Jésus-Christ »

La mission de l’Eglise aujourd’hui - Interview de Patrick Streiff, évêque de la Conférence Centrale du Centre et du Sud de l’Europe recueillie par JP Waechter

Quelques témoignages pris sur le vif

Le billet missionnaire - Betty Fritsch en mission - Revue de presse

Algérie - Rencontre avec Sœur Vroni Hofer  - Propos recueillis par JP Waechter

Le billet des jeunes « Actifs dans la cité » par Samuel Winkelsass (Bischwiller)

Le billet de notre évêque « À propos du profil de notre action » par l'évêque Heinrich Bolleter

À vos agendas - Journée au Féminin - Psalmodia - Recherche de correspondants

Mots croisés « La grille du mois » par JP Waechter

Un chant à fredonner à tue-tête « Amazing Grace »


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)
 United Methodist Church (UMC)

N°17 FEVRIER 2006
Méditation - "Préparez le chemin du Seigneur...!" (2e partie)

Claude Grunenwald pasteur

Le pasteur C. Grunenwald revient ce mois-ci sur cet appel solennel que Jean-Baptiste a relayé avec force : la repentance et la confession des fautes, condition sine qua non pour accéder à la plénitude de la bénédiction divine.

Aujourd’hui, ici et là, des réveils spirituels éclatent. Pourquoi ? Parce que des chrétiens s’humilient et prient, reconnaissent et confessent leurs péchés. Ils acceptent l’étape du déracinement et de l’arrachage. Ils reviennent au saint Livre, reécoutent la voix du Maître et réapprennent à Lui obéir. Pas étonnant que le glorieux Royaume se manifeste : baptêmes du Saint-Esprit, libérations d’emprises démoniaques, guérisons et résurrections de morts, villes et régions transformées, bref : vies nouvelles ! La persécution ? « L’Esprit de force, d’amour et de sagesse » (1) l’emporte sur les craintes et les intimidations de l’Ennemi. D’abondantes moissons sont rentrées. Le paysage économique et social est transformé par l’action surnaturelle du Roi de gloire !
Frères et sœurs, préparons le chemin du Seigneur. Ne tardons pas. Comme le fils prodigue, rentrons en nous-mêmes. Laissons l’Esprit Saint nous sonder et parler à nos communautés, comme Il le fit pour les 7 églises de l’Apocalypse. Reconnaissons et avouons nos péchés… Que Dieu nous accorde des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, et un cœur pour comprendre. Tout comme la route devait être aplanie devant le souverain qui voulait visiter une ville, le chemin vers nos cœurs doit l’être. Par l’abaissement de notre « moi » devant le Saint.
Il y a quelque temps, j’ai visité une personne dont la vie de disciple était instable. Il est vrai que de sérieux problèmes affectaient son quotidien. Le généraliste ou le psychiatre aurait diagnostiqué tel mal et prescrit tel remède. Mais le Seigneur a inspiré la question : « Est-ce que tu as confessé tes péchés à Dieu quand tu t’es converti ? » Étonnée, la personne répondit : « Non ». Plus tard, quand elle le fit, un changement intervint. Pour la première fois de sa vie, après des années de « conversion », cette personne connaît la vie nouvelle promise par Jésus. Les fardeaux du quotidien sont encore là, mais quel changement ! Cette personne a préparé le chemin du Seigneur. Il est venu. Et Il manifeste Sa gloire en elle. Alléluia !
À une époque où Israël cherchait peut-être à fléchir Dieu par d’habiles stratagèmes (imaginons des cultes encore plus sonores et colorés, plus « vivants »), le Seigneur proclamait : « Placez-vous sur les chemins et regardez ! Informez-vous des sentiers d’autrefois : Où donc est le bon chemin ? Suivez-le… » (2) Ce même chemin, cette « méthode du Royaume » furent ensuite prêchés par Jean le baptiste, par Jésus lui-même, par Paul et les autres : Revenez, croyez, confessez… C’est toujours là le « commencement de la bonne nouvelle de Jésus-Christ. » (3)
Quand le péché est dévoilé par l’Esprit Saint dans toute son horreur, alors la croix et l’œuvre expiatoire de Jésus-Christ prennent un sens inimaginable ! Quel don que celui de l’effacement de notre dette ! Quelle joie de se savoir désormais « en Christ » ! Alors il n’y a plus « adhésion » ou « décision », mais authentique conversion et renaissance avec les fruits de l’Esprit.
La confession des péchés brise aussi la puissance du diable. Toute ténèbre en nous lui sert d’appui. Le Fils de Dieu ne peut détruire les œuvres sataniques en nous que si les ténèbres sortent à Sa lumière. Jésus dit : Tout homme qui fait le mal déteste la lumière et ne vient pas à la lumière, car il a peur que ses mauvaises actions apparaissent en plein jour. (4) Un fabricant de fenêtres PVC affiche comme publicité : « Laissez entrer la lumière. » L’Église aussi, dans son ensemble, a besoin de laisser l’Esprit Saint l’illuminer et démasquer toute obscurité.
Au lieu d’échafauder de nouveaux programmes, des réunions plus attractives…, n’est-il pas temps de nous réunir en conseils ou en assemblées pour regarder les réalités en face ? Pour chercher et écouter le Seigneur ! ? Pour jeûner et supplier Dieu de nous visiter ? Pour reconnaître et confesser humblement ce qui ne va pas ? Bref, pour préparer le chemin du Seigneur ?
Comment faire ? Laissons Dieu agir. Et quand Son fardeau sera sur nos cœurs, nous saurons comment procéder. Mais fixons-nous cet objectif-là. Alors « la gloire du Seigneur se dévoilera »…Alors, à la suite de Jésus-Christ, l’Église sera à nouveau « lumière des nations » (5), de l’Europe, de la France, de ma commune…
(1) 2Tm 1.7 – (2) Jr 6.16 – (3) Mc 1.1 – (4) Jn 3.20 – (5) Es 49.6 ; Ac 13.47
Dans ma tête, Seigneur Jésus, les questions s’entrechoquent souvent
et assombrissent mon visage. Je ne vois pas clair sur ma route…
Je marche à tâtons, comme dans le brouillard.
Dans mon cœur, Seigneur Jésus, je suis triste parfois,
et je n’arrive pas à chasser le mal qui m’emprisonne.
Je cherche et je ne peux pas avancer…
Je marche à tâtons, comme dans le brouillard.
Et puis, un jour, la lumière perce les nuages,
le soleil éclaire mon visage et fait chanter mon cœur.
Tout devient plus simple
et je vois le chemin à suivre.
Alors, Seigneur Jésus,
je me sens plus grand et plus fort.
J’ai en moi la force d’avancer
et cela me rend très joyeux !
Merci, Seigneur Jésus,
mon visage est transfiguré
et il déborde de clarté !
Merci, Seigneur Jésus,
mon cœur est transfiguré
et il déborde d’amour !

Message (239ko)