Page d'accueil


N°19

Avril 2006

Sommaire

Editorial

Méditation « Jésus et la femme adultère » Jean 8 par le pasteur Robert Gillet

La vie de notre Eglise : « Comité Exécutif de la Conférence Centrale de l’Europe du Centre et du Sud » par Sylvia Otto, déléguée laïque Suisse/France  - Les honneurs pour l'évêque Heinrich Bolleter - Le billet de notre évêque : « La cohabitation des cultures » par l’évêque Heinrich Bolleter

5e consultation internationale à Vienne : « Les Principes Sociaux sur la sellette » - Extraits des Principes Sociaux -

Surfez net - www.museeprotestant.org s’ouvre sur le monde - Bloguez tranquille

La vie de notre Eglise : L’Eglise Evangélique Méthodiste en LETTONIE : « Une petite force motivée » par Gita Mednis

Agenda - Colloque national de l’A.S.E.V. du 12 au 14 mai 2006 à Dijon : « Diaconie, signe de vie » - Festival du Court Métrage Chrétien Alsace - Opération AJC-Action des Jeunes dans la Cité - CAMP KT 2006 à Landersen

Le billet des jeunes : « Retour sur un week-end: L’amour du prochain » par Marie et Louise -


Le billet diaconal : « Le Foyer Caroline de Munster » par Béatrice Sigrist

« La dernière tranche de vie » selon Gisèle Balet

Connexio - « Rencontre Connexio 4-5 mars 2006 à Anduze » par Suzette et Henri Blanc

Mots croisés - « La grille du mois » par JP Waechter

« Printemps 2006 » par Isabelle Jones


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)
 United Methodist Church (UMC)

N°19 AVRIL 2006
La dernière tranche de vie selon Gisèle Balet, metteur en scène
Gisèle Balet met en scène la pièce « l’Eté indien » d’Edith Cortessis que joue actuellement dans la francophonie la troupe de la Marelle. Elle nous communique ici les richesses qu’elle a tirées de cette aventure humaine, pont jeté entre le quatrième âge et les spectateurs que nous sommes.

Imaginez quelle sera votre réaction lorsque le temps sera venu d’entrer dans l’un de ces établissements où l’on prendra soin de vous, faute d’avoir quelqu’un qui puisse le faire à la maison !
Devant vous s’ouvre une nouvelle tranche de vie confinée dans un cadre très différent où d’imposantes règles de vie sont à respecter. Comment cela peut-il être vécu par une personne qui a existé, tant d’années, libre dans sa demeure, avec ses habitudes, ses meubles, ses voisins, ses souvenirs et du jour au lendemain se retrouve dans « une maison de repos » ?
Dès la rencontre de ce texte, j’ai eu envie de participer à cette aventure qu’Edith Cortessis a su rendre tendre, touchante, drôle et respectueuse de cette période mal connue, la vieillesse. L’idée de recréer un pont entre le quatrième âge et le spectateur afin de redécouvrir un monde riche en souvenirs, en connaissances, fragile aussi et en même temps rempli d’humour, d’amour, afin de partager une nouvelle façon d’approcher les derniers temps de la vie et de sa conclusion, la mort.
Du même coup ce sujet nous emmène voir un point de vue du corps médical qui se trouve confronté jour après jour, à une réalité que nous ne voulons ou ne pouvons pas assumer. Il côtoie la mort, la maladie mais aussi des moments intenses de réelle complicité avec les créateurs d’autrefois du monde d’aujourd’hui.
Un dernier voyage au cœur de soi-même, là ou le pardon libère, là où la réconciliation avec soi et avec Dieu permet de conclure un grand voyage.

La dernière tranche de vie (948 ko)