Page d'accueil


Sommaire Editorial

Méditation « Je me suis fait tout à tous » 1Co 9.22) par le pasteur Pascal Maurin

Le billet de notre évêque « Perte de parole » par l’évêque Patrick Streiff

La vie de notre Église « Célébrons ! Let’s celebrate ! » par l’évêque Patrick Streiff

Théâtre « Le manuscrit du Saint-Sépulcre » Une pièce de Jacques Neirynck jouée par la Compagnie de la Marelle

« Et si le suaire « suintait » de vérités ? ! » par JP Waechter

Éthique - « Téléthon 06 : l’embryon en discussion » par JP Waechter

Droit de citer
Extraits « Actes du Congrès européen d’éthique »

Agenda

Connexio « Revue de livre » par Étienne Rudolph

« Le monde est ma paroisse » - Synode de l’EPUB - « Message de l’Eglise aux médias » - « Impressions » par JP Waechter

La vie de nos églises - « Enfin quelques nouvelles d’Agen ! » - « Agen — Fleurance — Mont-de-Marsan » par Arlette Brunel

« La grille du mois » par JP Waechter

La Journée Mondiale de la Lèpre


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)

Union de l'Eglise Evangélique Méthodiste de France (UEEMF)
 United Methodist Church (UMC)

N°27 JANVIER 2007
Droit de citer
Extraits
Actes du Congrès européen d'éthique
"Et l'homme dans tout ça ?"
Repères dans une société sans limites

« Et l’homme dans tout ça ? » Repères dans une société sans limites
Editions Emmaüs 2006 - ISBN 2-8287-0106-9

Miroslav MIKOLASIK
Député européen de Slovaquie, vice-président de l'intergroupe bioéthique au Parlement européen
Le devenir de ces embryons surnuméraires est un problème éthique par excellence. Nous sommes maintenant 25 Etats membres dans l'Union européenne et la législation de ces Etats sur le sujet est tout à fait différente. Les Britanniques n'ont pas la même législation que les Portugais, qui n'ont pas la même que les Slovaques. . . Seulement, au niveau européen, on nous dit que puisqu'il y a des embryons surnuméraires, plutôt que de les détruire ou les laisser « dormir » indéfiniment, autant les utiliser dans le cadre de programmes de recherche scientifique. Ce qui se fait déjà dans certains Etats. Ces embryons sont alors détruits pour trouver les cellules souches, ou employés pour la fabrication de produits de beauté. Il y a beaucoup de débouchés dans ce marché et l'on se bat pour l'obtention de ce « matériel ». Seulement voilà, ce n'est pas du « matériel » mais des êtres humains qui doivent être protégés. Certains diront que c'est une vie en devenir mais, scientifiquement et médicalement parlant, l'embryon surnuméraire a le même potentiel humain que son collègue qui a été porté à terme. En fait, la FIV nous a prouvé scientifiquement sans doute possible, que la vie commence à la conception.


Luc OLEKHNOVITCH
Pasteur, président de la Commission d’éthique commune de la Fédération baptiste et des Églises libres, et membre de la Commission « Église et société » de la FPF
La biologie est passée du stade de « découper le vivant » à celui de « reconstruire le vivant » (François Jacob). Ces pouvoirs nouveaux sur la vie humaine suscitent bien des inquiétudes... Les lois de bioéthique de 2004 autorisent ce qu’elles interdisaient en 1994 : la recherche sur l’embryon humain, tout en interdisant encore, il est vrai, le clonage « thérapeutique ».
Face à ces désirs de toute-puissance, Dieu est le contre-pouvoir par excellence. Au sein d’une humanité tentée de maîtriser l’homme, les chrétiens sont des témoins qui rappellent que l’homme n’est pas le maître, que le seul maître, c’est Dieu. ... C'est Dieu le Maître, et non pas l'homme; et l'humanité est appelée au service et le Christ est la source et le modèle de ce service.
La vie humaine est un souffle et dès qu'il y a souffle de vie, il y a personne humaine. ... Dès qu'il y a cette pulsation vitale, dès qu'il y a conception, il y a nephesh, il y a animation vitale. Il est vrai que la présence de la personne a quelque chose de mystérieux chez l'embryon. ... Décréter que, jusqu’à 14 jours, il n’y a pas d’embryon mais un « pré-embryon » et cela, pour permettre la recherche durant cette période, est parfaitement arbitraire.


Xavier MIRABEL
Médecin cancérologue, président de l’Alliance pour les droits de la vie
Les errances de notre société autour de la vie humaine : avortement, instrumentalisation médicalisée de la procréation, sélection prénatale, soumission de l’embryon à la recherche médicale, déficit d’accompagnement de la fin de vie, euthanasie ou acharnement thérapeutique, peuvent s’analyser au regard d’une tentation de toute-puissance qui caractérise l’évolution de notre rapport à la vie humaine.
Dans une société qui se déchristianise rapidement, la dérive scientiste est inévitable : nous idolâtrons la technique médicale et scientifique. Et l’homme se retrouve seul face à la souffrance. Pour reprendre les mots de Paul Claudel : « Dieu n’est pas venu supprimer la souffrance, il n’est même pas venu l’expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence. »
Mais si Dieu n’existe pas, alors nous revendiquerons la mort pour faire disparaître toute douleur.
L'aboutissement de ce fantasme de toute-puissance pourrait bien nous conduire rapidement vers des excès supplémentaires. Le premier, le plus proche et le plus probable, c'est la réification de l'embryon, justifiée par des arguments thérapeutiques, qui nous mènera à l'utilisation de l'embryon comme outil d'expérience et au clonage. « Tout se passe comme si l’enjeu véritable n'était ni la connaissance, ni la médecine mais l’emprise de l’humanité sur tous les stades de son être ».
De ce délire prométhéen ne peut que résulter un relativisme éthique radical.


Florian Rochat
Président du CPDH
En lieu et place de plaintes, de craintes ou de constats catastrophiques, nous sommes invités ... à travailler, à grandir courageusement dans une éthique qui soit informée, réfléchie, pertinente. Plutôt qu’une éthique mince aux lignes étroites, voilà ce qui pourrait faire place à une « éthique épaisse » !
Face aux dimensions des problèmes actuels, « l’Agneau » a déjà vaincu ! Le Seigneur se lève contre l’arbitraire. Le Seigneur se lève comme Arbitre suprême. Cependant, il est clair que le Créateur a confié un mandat à l’homme, une délégation d’autorité pour la gestion de la création. Une grande partie des enjeux éthiques d’une société trouve son origine dans le désir et la tentative humaine de maîtriser la vie. Peut-être que, moins l’on reconnaît le Maître de la vie, plus nos maîtrises de la vie peuvent s’avérer dangereuses ?
Nous le savons, les lois sont importantes, mais la vraie différence, la vraie « épaisseur » de notre éthique se jouera, au présent comme « au final », sur les questions de présence, de parole, de proximité et de consolation. ...

fichier pdf (152 ko)