Page d'accueil


Sommaire Editorial

Méditation : Si tu le veux, tu peux me rendre pur Mc 1.40 par le pasteur Étienne Rudolph

Journée Mondiale de Prière : « S’informer pour prier, prier pour agir » Vendredi le 2 mars 2007

Le billet de l’évêque Patrick Streiff : « Diversité des langues : quatorze pays et plus encore de langues… »

Dossier Hommage aux Justes : « Mme Julie Nyffeler témoigne » - « André Trocmé ou les armes de l’Esprit » - Droit de citer - LE PROGRES, Francis Brochet - « Nous ne laisserons pas faire ! » Des chrétiens de la Vaunage bien intrépides

La vie de nos églises : « Jubilé de Catala » par le pasteur Étienne Rudolph

Droit de citer : « Captifs », nouvel album du groupe Spear Hit - Carême Protestant sur France Culture - Annonces : « Un concert de soutien à Landersen ? » - Un groupe d’accompagnement « ESPOIR DE VIE » - Appel de l'association « Les Enfants de Tchernobyl » - Agenda : Landersen

In memoriam : Madame Mariette Blanc

La vie de nos églises : Noël à Larbaa par le pasteur Abdenour Ait Abdelmalek - Les chrétiens dans la ferveur, titre le quotidien « La Dépêche de Kabylie » (2 janvier 2007)

Metz : « La vie : ombre et lumière ! »

Le billet diaconal - Association Bethesda : « Vœux et nouvelles »

La grille du mois

Hommage aux « Justes » par Jacques Chirac, président de la République (extraits)


contact

Bulletin d'information francophone
de l'Eglise Evangélique Méthodiste
(EEM)

Union de l'Eglise Evangélique Méthodiste de France (UEEMF)
 United Methodist Church (UMC)

N°28 FEVRIER 2007
Hommage aux Justes par Jacques Chirac, président de la République (Extraits)

Discours au Panthéon le 18 janvier 2007
« Dans le pire effondrement de notre histoire, des Françaises et des Français en très grand nombre vont montrer que les valeurs de l’humanisme sont enracinées dans leurs âmes. Partout, ils accueillent, cachent, sauvent au péril de leur vie des enfants, des femmes, des hommes, persécutés parce qu’ils sont Juifs. Dans les profondeurs du pays, une lueur d’espoir se fait jour. Elle est fragile, vacillante. Mais elle existe.
Des milliers de Françaises et de Français, qui sans s’interroger, font le choix du bien. Quel courage, quelle grandeur d’âme il leur a fallu ! Tous connaissaient les risques encourus : l’irruption brutale de la Gestapo. L’interrogatoire. La torture. Parfois même, la déportation et la mort.
Certains furent reconnus Justes parmi les nations. D’autres resteront anonymes, soit qu’ils aient laissé leur vie en aidant l’autre, soit que, dans leur modestie, ils n’aient même pas songé à faire valoir leurs actes.
Aujourd'hui, pour cet hommage de la nation aux Justes de France, reconnus ou anonymes, nous sommes rassemblés pour évoquer notre passé, mais aussi pour enrichir notre présent et notre avenir. « Quiconque sauve une vie sauve l’univers tout entier », dit le Talmud, devise qui orne la médaille des Justes. Il faut en comprendre toute la force : en sauvant une personne, chaque Juste a en quelque sorte sauvé l’humanité. Cette mémoire, soyez-en certains, soyez-en fiers, perdurera de génération en génération.
Par ce geste, vous nous incitez aussi à interroger notre conscience. Qu’est-ce qui fait que, confronté à un choix crucial, quelqu’un agit selon son devoir, c'est-à-dire en considérant l’autre pour ce qu’il est, une personne humaine avant tout ? Pour certains Justes, c’est une question de conviction religieuse, et ceux-là, n’en doutons pas, entendent le message de l’Église dans sa vérité. D’autres, parfois les mêmes, appartiennent à des groupes longtemps opprimés, comme les protestants, ou sont viscéralement hostiles à la politique de Vichy. Mais, pour tous, c’est une réaction venue du plus profond du cœur, expression la plus haute de ce que l’on nomme la charité. Toutes et tous, ils ont eu, vous avez eu le courage de voir et de comprendre la détresse avec les yeux du cœur.
Plus que jamais, nous devons écouter votre message : le combat pour la tolérance et la fraternité, contre l’antisémitisme, les discriminations, le racisme, tous les racismes, est un combat toujours recommencé. Face à l’extrémisme, il n’y a qu’une attitude : le refus, l’intransigeance. »

Vous retrouverez ici l'intégralité du discours du président de la République.

fichier page pdf (276 ko)