Landersen : la vie de nos camps


Françoise Paquet

Comme depuis trois étés déjà, en juillet, Françoise Paquet dirigeait des camps pour ados et enfants au centre de vacances Landersen avec le pasteur Johan Schaefer… À tous les lecteurs d’En route qui les ont portés dans la prière, Françoise Paquet va essayer de donner quelques nouvelles de ces séjours.

136 campeurs en tout

Nous avons donc eu 90 jeunes et enfants les 2 premières semaines et 46 la 3e semaine. À cela il faut rajouter une petite vingtaine d’encadrants. À un ou deux près tous nos animateurs étaient chrétiens, par contre une bonne proportion de nos jeunes ne venaient pas d’un milieu chrétien (Landersen sert de colo de proximité pour des parents qui travaillent), et le côté positif de ça c’est que nous avons des enfants qui vivent des choses sur le plan de la foi alors qu’ils ne vont pas à l’église et qu’on ne parle pas de Dieu chez eux, et qui reviennent tous les ans…

Joie pour qui se reprend, croît et croit !

Notre joie est immense de voir certains d’entre eux grandir dans leur foi chaque année. Certains ados venaient de la banlieue de Paris ou de Strasbourg où ils vivent dans des conditions difficiles, la délinquance, et même pour l’un d’entre eux le camp était proposé comme alternative à la prison… (2 ados étaient convoqués au tribunal pendant le séjour)… Ces jeunes avaient accumulé beaucoup de souffrances, de rancunes… Le message de l’évangile a pu leur être annoncé par les animateurs, des jeunes qui ont vécu ces 3 semaines avec eux, des jeunes dont la parole était importante pour eux. Nos animateurs ont su leur parler, témoigner et même enseigner, ils ont été disponibles à la parole de Dieu et l’ont transmise. Et Dieu a ainsi pu œuvrer dans beaucoup de cœurs…

Dieu garde les siens

Organiser ces camps, c’est chaque fois l’occasion pour nous de nous rendre compte combien tout est dans les mains de Dieu, combien nous, nous ne sommes rien, nous semons et ne récoltons pas, nous faisons des projets et la météo, les résultats du bac ou les campeurs blessés ou malades bouleversent ces projets… Ces quelques semaines sont chaque fois pour nous l’occasion de comprendre à nouveau combien nous dépendons de Dieu en toutes choses…

Les artistes témoignent

Comme l’an dernier, nous avions prévu dans la grille de camp, pour le dernier soir, un concert d’évangélisation. Or, cette année nous n’avions trouvé aucun groupe disponible avant notre départ et avions abandonné cette idée, d’autant que de toute façon nos finances ne nous le permettaient pas. Deux jours avant la fin du camp, nous avons été contactés par un groupe musical d’une église d’Haguenau pour nous proposer un concert ! Je leur ai tout de suite demandé combien cela allait coûter et dans un premier temps ils n’ont pas su dire autre chose qu’« au dernier concert on nous a donné 200 € » (ce qui est ridicule, rien qu’en frais de sono et de déplacements). Nous avons tout de suite pensé au don que nous avions reçu juste avant le séjour et je leur ai dit : « 400 € ça va ? » Ils étaient ravis et nous avons organisé ça en 2 jours ! Nous avions eu la conviction que ce don devait servir à quelque chose de spécial et pas seulement à limiter le déficit comme nous l’avions pensé, et nous avons dit « tant pis, les enfants ont besoin de ce concert » Le groupe est venu, ce fut la fête sur le centre, leur message était clair et de nombreux jeunes ont répondu à l’appel de conversion. Nous continuons aujourd’hui à prier pour Rémi, Dylan, Tiffany, Célia, Florian et les autres… Dieu est bon, j’ai pleuré en voyant toutes ces mains se lever… Ça aide parfois à semer sans récolter… Depuis 15 jours les animateurs des jeunes les portaient le soir dans la prière, dans une fraternité et une amitié qui a interpellé les ados… Des Bibles et des livres qui nous avaient aussi été offerts ont pu aussi leur être distribués…

Budget équilibré, satisfaction générale

Enfin, contre toute attente, Dieu nous a fait la grâce de terminer ces séjours avec un budget à l’équilibre, et dans ce domaine aussi nous élevons vers lui notre reconnaissance.

Voilà, je ne parlerai pas de nos découragements, nos manques de foi, la météo, les ados qui se scarifient, les morsures de serpents, les accidents ou maladies… Je veux juste redire que vos prières nous ont portés, que Dieu ne nous a jamais lâchés, qu’en lui nous avons trouvé la force de continuer, résister, persévérer… Merci à chacun de vous, merci à notre Père…

La vie de nos oeuvres

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014