INSTALLATION DE HAMID ET SARAH GUERNINE A CONSTANTINE

Pasteur Roger Correvon, pasteur

Voici quelques impressions du voyage et de « l’installation » de la famille Guernine Hamid et Sarah à Constantine partagées par le pasteur Roger Correvon.

Comme Hamid et Sarah tenaient beaucoup à ce que je les accompagne dans le départ de cette nouvelle étape de leur vie et en accord avec mon conseil, j’ai décidé d’aller à Constantine.

Ça déménage

Nous sommes partis le vendredi matin en voitures, dont une fourgonnette pleine de presque toutes leurs affaires d’Alger. Ce voyage me réjouissait devant la beauté et la grandeur des paysages que nous traversions. Le soleil était avec nous, grâce appréciée ! Le tapis lisse de l’autoroute m’a fait oublier, pour un temps, que nous étions en Algérie. La petite Lydia gazouillait dans la voiture et nous incitait aux rires. Je sentais Hamid et Sarah heureux de ce virage dans leur vie. Que Dieu les bénisse, les garde et les fructifie dans leur « nouvelle maison », comme le disait Lydia. Le voyage dura environ 9 heures, sans incident.

Arrivé au début de la nuit à Constantine, je m’étonnais de la propreté des rues et des avenues que nous empruntions. Bien sûr que je ne reconnaissais plus du tout la ville que j’avais visitée en 1969. Un groupe de jeunes gens, très sympathique, sans méfiance du tout, nous indiqua l’emplacement de l’église. Hocine, Djamila, Djamil et Kader nous attendaient. Chaleureuses salutations, accolades fraternelles !

Accueil chaleureux

J’étais étonné du bâtiment de l’église, propre, clair, aéré, aux pièces très spacieuses avec sa chapelle chaleureuse et accueillante. Vraiment magnifique. Je me réjouissais de tout ce que mes yeux voyaient pour Hamid, Sarah et Lydia. Cela va les changer du studio de Reda Houhou ou de leur petit appartement aux « Eucalyptus ». Pourvu qu’ils n’oublient pas de se rencontrer dans ces grands espaces, que Lydia visitait en petit vélo à trois roues !

Une bonne tablée de spaghettis fumants nous attendait. Vraiment Djamila s’est donné beaucoup de peine et de cœur pour nous accueillir. Nous parlions de choses et d’autres.

Nous dormions à trois, Saïd, le chauffeur de la fourgonnette et moi-même dans la salle au fond du rez-de-chaussée. Le soleil se leva sur le grand jour de la transition de ministères, pour l’un de quitter et pour l’autre d’arriver. La jolie chapelle, baignée d’une lumière tamisée, se remplissait petit à petit de quelques frères et de quelques femmes au voile bien serré. Hocine ouvrit le culte aux environs de 10 h 10. Nous étions un peu plus d’une quinzaine de personnes clairsemées sur les bancs. Mais au fur et à mesure du déroulement du culte, qui dura plus de 3 heures, quelques personnes arrivèrent au compte-gouttes. Ce qui fait qu’à la fin du culte nous étions environ 25 personnes.

J’étais assis avec Saïd et Djilani au deuxième rang. Kader, Hamid et Sarah, plus quelques autres frères, dont une sœur, étaient assis sur les bancs qui formaient un carré, en dessous de la chaire. Face à l’assemblée, Hocine, très décontracté, dirigea la rencontre tout en restant assis sur le banc.

Saine et sainte interpellation

Il nous fit chanter quelques chants en arabe, puis commenta le Psaume 91. Hocine informa l’assemblée que des lettres de l’Église Méthodiste lui avaient été envoyées pour lui et Hamid, mais qu’il n’était pas nécessaire de les lire, son commentaire serait amplement suffisant. Il rappela que l’Église de Constantine était une église méthodiste et qu’Hamid avait été nommé pour le remplacer au poste de Constantine. Il donna ensuite la parole à Hamid et Sarah pour la prédication.

Le thème était « Savoir attendre et persévérer malgré tout ». Avec le texte de Néhémie 1.7-11. Tout commence par la prière, dans un face à face, dans les larmes avec Dieu. Prise de conscience du péché, des oppositions et mise en route, obéissance à la volonté de Dieu de vouloir reconstruire les murailles du Temple. Il parla aussi de l’entêtement de Paul à ne plus vouloir travailler avec Marc parce qu’il ne l’avait pas suivi en tout. Ce qui entraînera la séparation d’avec Barnabas, pas forcément voulue par Dieu. Il regrettait ces amitiés rompues entre les serviteurs pour des incidents mineurs. Mais malgré tout cela, Dieu continue son œuvre de construction, de restauration du Temple.

Excellent message, sobre, clair, bien fouillé et actualisé. Sarah traduisait simultanément en arabe. Le couple fonctionnait parfaitement bien avec amour et harmonie. Et la petite Lydia se promenait un peu dans les rangs en gazouillant.

Puis Hocine invita Kader à conduire le moment de sainte cène. Il donna une courte introduction simple et claire. Puis les deux distribuèrent la cène à l’assemblée.

En tout, le culte dura 3 h 20 et nous fûmes tous invités, autour de quelques gâteaux, à faire connaissance les uns des autres.

J’ai confiance, j’espère et je prie qu’Hamid et Sarah aient un ministère béni sous le regard de Dieu.

La vie de nos églises

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014