Apprendre à écouter

Joël Déjardin

De ses déambulations sur le net, le pasteur Joël Déjardin a suivi une conversation hautement spirituelle sur l’importance de l’écoute, b.a.-ba de la vie chrétienne : « parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! » (1S 3).

Cher lecteur, permets-moi de partager, si tu le veux bien, quelques paroles trouvées sur le net. Il s’agit de forums, où les internautes peuvent tour à tour discuter. Le thème est celui-ci : « Apprendre à écouter ». Je te propose d’en lire quelques extraits.

Notre Père…

Les uns et les autres répondent à ce message de Thierry : « Je dois apprendre à écouter, plutôt que de m’exprimer en espérant toujours avoir raison ! Toujours avoir raison, pourquoi faire ? Au contraire, je veux laisser les images courir comme un troupeau de chevaux sauvages… Notre Père, qui est aux cieux, qui est dans le ciel de nuages, dans ce paysage, dans cette musique de Bach, dans le toucher si subtil du pianiste, dans le regard de ma fille, limpide et naïf, dans la caresse intelligente de cette main aimante, dans ce retournement de situation, cette rencontre inopinée… Que Ton nom soit sanctifié, que tout le monde connaisse cette joie si pure et vivifiante. Et je m’endors, en écoutant cette prière comme on écoute le ressac de la mer. C’est tout ce que j’ai à offrir pour l’instant ».

Ses traces dans les cieux ?

Nicolas : « Bonjour Thierry, en lisant votre conclusion, j’ai envie d’ajouter : ce n’est déjà pas si mal ! Notre Père, qui est aux cieux : Trouver Dieu, dans les nuages, la beauté d’un paysage, une rencontre qui vous réjouit, le regard d’une personne que vous aimez, une musique qui vous touche… J’ai presque le réflexe de vous répondre : c’est facile, bien que beaucoup de monde ne trouve pas Dieu dans toutes ces belles choses qui vous émeuvent… Car comment trouver cette image, ces traces quand on a tant et tant de soucis, de problèmes ? »

Aziliz : « Oui, je vous le confirme, il reste la trace de l’image de Dieu. Et lorsque l’incompréhensible nous cache ce reflet divin, il ne reste plus qu’à faire confiance : Que ta volonté soit faite ! Délivre-nous du mal ! C’est notre espoir, notre foi ».

Aujourd’hui, Dieu me parle aussi. Peut-être, les bruits en moi sont-ils encore trop forts. Et je n’entends pas sa voix. Je n’ai pas fait silence. Je n’ai pas pu écouter vraiment. Et je n’ai rien entendu. Je n’ai pas été humble comme cet enfant, qui dira quatre fois, en cette nuit-là : « Me voici ». Dieu me parle pourtant, encore et à nouveau. Il continue à me parler, pendant que je continue à faire beaucoup de bruit. Son Esprit est en moi. Voici maintenant pour moi le moment de la prière. Je ferai silence pour écouter, et je dirai moi aussi : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute. » Pasteur Samuel Sahagian, extrait de Réforme, N °2303


Les signes de sa présence aimante

Marianne : « J’ai depuis huit ans une sclérose en plaques diagnostiquée six mois avant mon baptême, je suis maintenant en fauteuil roulant ! Mon mari m’a quittée et notre famille compte six enfants âgés de onze à vingt ans. Et je travaille. Bref, je ne m’ennuie pas ! Et comme tout croyant, j’ai besoin de boire à la source : prière, Parole et vie. La tentation pour moi est de me replier dans un cocon chaud. Or, la foi s’éprouve, dans son corps et dans sa chair parfois. Vous connaissez les mots de Saint Paul, scandale, folie de croire et pourtant : il y a plein de petits signes de la présence aimante du Père. Mais pour les voir, il faut nécessairement aller dans le monde ».

Mona : « Oui, Thierry, aujourd’hui, seul un Nom me rassasie : Jésus ! Et il n’y a rien d’autre ».

En jeu, mon obéissance

Fin des échanges. Je ferme l’ordinateur et je prends part à la conversation. Comme Marianne, je pense que la foi s’éprouve dans le vécu du quotidien. Oui, je crois qu’il est bon d’attendre en silence le secours de l’Éternel (Lm 3.26). Oui, je crois qu’il est agréable de sentir, de respirer, combien le Seigneur est bon (Ps 34.9). En effet, plus j’avance et plus je me rends compte que la vie chrétienne ne consiste pas à faire des choses. Elle consiste bien davantage à obéir… Et donc, dans le silence du cœur, à écouter la voix de Dieu ! Merci Seigneur pour ta Parole, par le Saint-Esprit adressée à mon cœur. Amen.

Méditation

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014