Viens, Seigneur Jésus... 2


(Ap 22.20)

Claude Grunenwald

L’avènement du Messie a soulevé l’enthousiasme des bergers. Sa parousie à venir déclenche-t-elle le même élan dans notre cœur de croyant ?

Dans la région de Bethlehem, quelques bergers veillent sur leur troupeau. Il fait nuit. Nuit physique, mais aussi spirituelle. Il y a si longtemps que Moïse, David et d’autres ont prophétisé quant au Messie. Mais les accomplissements tardent. Seules les promesses divines nourrissent leur espérance et celle du peuple Juif. Quand sera-ce ?

Soudain, « un ange du Seigneur leur apparaît, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux ! » (1) Sidérés, ils regardent ! Et ils entendent : « Aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. » (2)

‘Aujourd’hui’, après tant de siècles !

Soudain, tout devient possible, tout peut recommencer. Les espoirs les plus fous sont désormais permis. Et pour que les bergers soient sûrs, il leur est donné un ‘signe’ (gr. sêmeîon : marque distinctive, preuve, ce à quoi on reconnaît quelqu’un). Immédiatement, ils se décident : « Allons certes jusqu’à Bethlehem et voyons la chose dite ! » (3) Ils constatent l’exactitude de l’annonce, « conformément à ce qui leur avait été dit ». Alors ils témoignent, glorifient Dieu et Le louent (4) !

Aujourd’hui, qu’est ce qui nous enthousiasme ? Les premiers chrétiens vivaient dans la perspective du Retour de Jésus-Christ : ils « attendaient des cieux le Fils de Dieu » (5). Les ‘signes’ (sêmeîon) donnés par Jésus (6) stimulaient cette attente et motivaient à une vie sainte, digne de l’Époux.

Aujourd’hui, comment lisons-nous : « Je viens bientôt » (gr. tachú : vite, qui survient rapidement) (7) ? Comprenons que quand les signes seront accomplis – plus que jamais l’Histoire converge dans ce sens – tout ira très vite, « comme l’éclair » (8) ! On objectera qu’il reste à réaliser plus de 2000 traductions bibliques sur les 6 900 langues parlées, que l’Antéchrist n’est pas encore là. Cependant, Jésus n’a pas parlé de traductions, mais du fait que « la Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée dans le monde entier » (9). D’un sommet international pourrait prochainement émerger un ‘spécialiste’ mondial hors pair. Le temps est proche. Alors sondons avec prière la Bible et apprenons à décrypter l’actualité. Comme les bergers, témoignons de Celui qui est en route avec ses récompenses et ses jugements. Louons et glorifions Dieu, car tout sera conforme à Sa parole (10) ! Aujourd’hui, le ciel peut s’illuminer, la trompette retentir, et « le Fils de l’homme venir sur une nuée avec beaucoup de puissance et de gloire… » (11)

(1) Lc 2.9 – (2) Lc 2.11-12 – (3) Lc 2.15 litt. – (4) Lc 2.17,20 –

(5) 1Th 1.10 – (6) Mt 24 ; Lc 21 – (7) Ap 22.20 – (8) Mt 24.27 – (9) Mt 24.14 – (10) Lc 2.20 – (11) Lc 21.27

Méditation

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014