Ses compassions ne sont pas à leur terme…

Pasteur Roger Correvon

Mars 2011, le mois de tous les dangers avec le séisme au Japon suivi par le tsunami et la menace nucléaire. Souffrances et inquiétudes pour des millions d’habitants que nous ne pouvons que partager. Le pasteur Roger Correvon rappelle que le Seigneur n’a jamais fini de manifester sa bonté, quand bien même la détresse est infinie.

Détresse infinie

En ces jours sur terre de grandes détresses.

Nos œuvres, nos projets, sont balayés comme fétus de paille

Les plus grandes réalisations de l’homme s’en vont avec les flots anéantissant des années et des années d’efforts.

L’Éternel ne voit-il pas cette détresse immense ?

L’Éternel n’a-t-il pas compassion de tous ces hommes emportés par les flots sans trouver aucun secours dans leurs propres œuvres, ni dans les efforts à tout vouloir contrôler ?

Même si c’est incompréhensible, je suis sûr que les compassions de l’Éternel, le Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ ne sont pas à leur terme.

« C’est que la fidélité du SEIGNEUR n’est pas épuisée, que sa compassion n’est pas à son terme ; elle se renouvelle chaque matin. Grande est ta constance ! » Lm 3.22-23

Sécurité en l’Éternel

Il nous faut beaucoup de foi pour y croire tant nos yeux sont épouvantés par les éléments déchaînés qu’ils voient et le danger invisible de la radioactivité.

Les hommes débattent sur la sécurité de leurs centrales mais y en a-t-il qui la cherchent en l’Éternel, le Seigneur de la Vie et de la mort ? Celui qui peut appeler à la Vie, Celui qui est mort, Celui qui peut relever tous ceux qui viennent de se coucher dans la mort ?

C’est pourquoi espérons encore, contre toute espérance, tout en tremblant d’effroi devant le mouvement des fondations même de notre terre, tout en craignant l’Éternel.

De grâce, Seigneur !

Prions… Prions… Oui sans cesse, tout serviteur indigne, que nous sommes… Appelons-en à Sa grâce manifestée dans le Christ… Qui, même si la terre s’effondre, demeure d’âge en âge.

Le monde est sous le pardon des paroles du Christ : « Père pardonne-leur ! Ils ne savent pas ce qu’ils font… »

Le dernier mot est au Christ

Le Diable tente tout pour effacer toutes traces de la grâce de Dieu, car il sait que son temps est court, mais autant dans les cris de Job que dans le cri de Jésus sur la Croix « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ! », nous savons que sa grâce n’a pas été anéantie mais qu’elle s’est relevée… Et c’est elle, finalement, qui a effacé et qui nous a consolés de toutes les détresses et des épouvantes qui nous ont stupéfiés. Dieu n’oublie pas l’humanité dans laquelle Il nous a envoyés pour proclamer son nom, sa grâce. Oui ne désespérons pas, même s’il y a tout lieu de désespérer… Rappelons-nous que ses compassions ne sont pas à leur terme…

Le Tsunami de nos péchés qui a broyé le Saint de Dieu, tout l’amour de Dieu pour nous, dans des souffrances indicibles, n’a pas pu le retenir dans le Shéol. Il s’en est relevé pour servir de témoignage de toute la grâce de Dieu pour les hommes, puisqu’Il nous envoie depuis plus de 2000 ans le proclamer.

Méditation

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014