Effusion de l’Esprit

Pascal Maurin, pasteur

Dans le troisième évangile, l’auteur termine son récit de l’histoire de Jésus avec une promesse, la venue du Saint-Esprit (Lc 24.49-53). Le pasteur Pascal Maurin retrace les différentes étapes conduisant à la naissance de l’Église suite à l’effusion de l’Esprit-Saint.

Recueillement patient

Dans le livre des Actes, Luc reprend le cours de son récit là où il l’avait abandonné, la promesse de l’Esprit-Saint (Ac 1.5-8), puissance permettant de témoigner jusqu’aux extrémités de la terre. Pendant ces sept semaines, les disciples de Jésus, d’abord traumatisés par sa mort, puis illuminés par sa résurrection et son ascension, avaient repris la coutume de se réunir. D’un commun accord, régulièrement, ils se retrouvaient pour prier. Un jour, lors d’une de ces réunions, Pierre se lève et propose aux onze de nommer un apôtre à la place de Judas (Ac 1.15-26). Dans cette démarche, ils souhaitent reconstituer le nouveau noyau du peuple (12 tribus) qui va naître par l’Esprit du Seigneur.

Le jour J

Le jour J arrive, « shavou’ot », Pentecôte, 50 jours après la Pâque (Lv 23.15-16), les apôtres, les cent vingt (Ac 1.15) et tous ceux qui croyaient en Jésus et attendaient l’accomplissement de la promesse sont rassemblés dans un même lieu.

Tout à coup se produit ce que le Seigneur avait promis (Jl 3.1-5), son Esprit est répandu sur tous les hommes, « contre-pied de l’épisode de la Tour de Babel (Gn 11) » les peuples divisés se retrouvent unis, car ils expérimentent la puissance du Saint-Esprit.

Changement

À partir de ce jour, rien ne sera plus pareil pour eux : ils ne seront plus les mêmes hommes, ces langues de feu s’emparant de chacun eurent l’effet d’une dynamite (puissance explosive) et vont produire en eux une dynamique de vie.

À sa manière, Luc nous explique combien le comportement de Pierre dans les Évangiles et dans les Actes, est différent. C’est un Pierre transformé radicalement par le Saint-Esprit qui annonce avec puissance « comment Jésus a été mis à mort par les Juifs et ressuscité par Dieu ». Le résultat du discours de Pierre est incroyable, repentance et baptême de 3 000 personnes (Ac 2.41). Le petit troupeau de croyants qui existait avant la Pentecôte s’accrut de ces trois mille âmes. Quelle riche moisson, fruit d’une seule prédication sous la puissance du Saint-Esprit !

Mouvement

C’est cet étonnant mouvement de l’Esprit qui, comme un feu dévorant en moins d’une génération humaine, envahit l’empire romain et les extrémités de la terre pour donner naissance à cette humanité nouvelle voulue par Dieu.

Effusion

Aussi, Pentecôte que nous célébrons aujourd’hui est le symbole de l’éternelle effusion de l’Esprit sur toute chair, c’est la fête du Saint-Esprit donnant naissance à l’Église. Esprit continuant d’agir de générations en générations à travers la personne des chrétiens pour en faire de véritables témoins de la Bonne Nouvelle.

Témoins

Ces mêmes témoins ont le privilège inimaginable d’être le nouveau temple de Dieu (1Co 3.16, 6.19) ; mais de même qu’il y avait des règles très strictes concernant la sainteté du temple sous l’ancienne alliance (Ac 21. 27-29 ; Jn 2. 13-17), il y en a tout autant en ce qui concerne la sainteté du temple sous la nouvelle alliance : soit sous sa forme collective (1Co 14.30 ; 1Ti 3.15), soit sous sa forme personnelle (1Co 6.19-20). En fait, l’apôtre Paul invite clairement tous les chrétiens à ne plus vivre comme auparavant (Ep 2.1-3), mais à être remplis de son Esprit (Ep 5.18).

Aujourd’hui encore, si dans nos églises, nous chrétiens, nous aspirons à être remplis du St Esprit, et désirons vivre l’Esprit de la Pentecôte, nous serons animés de son feu dévorant et de sa force conquérante, ce qui nous rendra aptes pour l’œuvre du Christ. Que le Seigneur vienne à notre secours !

Étymologie : Le nom de la dynamite vient du mot grec δύναμις (dunamis ou dynamis), qui signifie « puissance », « pouvoir»…


Méditation

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014