Les enjeux des législatives

Daniel Rivaud

Le changement c’est maintenant ! Ce slogan de campagne de notre Président de la République n’a jamais été autant d’actualité. La présidence de la France a changé : une nouvelle personnalité, une nouvelle organisation du travail des ministères, une nouvelle communication, une nouvelle relation avec nos voisins européens. Et au soir du 17 juin, une nouvelle Assemblée Nationale. Il sera là le vrai changement ! Explications par anticipation par le délégué général du Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine (CPDH).


Car ce sont les députés qui feront les lois de demain, celles qui vont régir notre pays et marquer notre société pour longtemps. Nous avons la conviction en effet, que des lois à caractère social peuvent changer relativement très rapidement. Elles peuvent être votées par un gouvernement et défaites par le gouvernement suivant. Ce n’est pas le cas des lois à caractère plus sociétal et éthique, comme celles qui concernent le respect de la vie « de la conception jusqu’à la mort naturelle », la famille naturelle comme socle de la société, car on touche là non seulement à une certaine conception de la société, mais également de l’homme.

Nouvelle « Boite à outils » à découvrir sur www.cpdh.eu !
Après le succès de notre « boîte à outils » pour les présidentielles (plus de 20 000 consultations au matin du 2e tour !), nous avons voulu proposer à nouveau ce même service pour les législatives. Certains « outils de fond » sont restés, mais nous avons réuni un certain nombre d’éléments spécifiques pour ces prochaines élections.
Bien sûr, cette fois-ci, pas de « fiches repère » pour les 6 611 candidats recensés, soit en moyenne 11 par circonscription ! C’est dire si nous devons à nouveau prier et étudier les candidats, avec la difficulté supplémentaire qu’au-delà des partis (46 !) ou des alliances affichées, il faudra d’abord s’attacher à la personnalité de l’homme… Ou de la femme qui brigue le mandat. Le premier tour des législatives peut être l’occasion de voter pour un « petit » candidat proche de nos valeurs et pour qui le nombre de voix peut être déterminant pour son avenir politique et donc pour la défense de ces valeurs au sein de la société.

Gauche ou droite ?

L’Évangile n’est ni de droite ni de gauche. Cela peut paraître une évidence dite comme cela. Pourtant, l’Histoire nous enseigne qu’ils ont été nombreux ceux qui ont voulu se l’approprier. Les crispations ressenties lors des présidentielles montrent aussi que ce n’est pas si simple, et que les chrétiens, certes citoyens du Royaume, n’en demeurent pas moins des êtres humains à part entière, avec leur lecture et leur sensibilité propres. C’est normal. Mais au-delà de nos ressentis et des discours politiques qui imprègnent parfois inconsciemment notre réflexion, il nous paraît important de dépasser ces clivages et de réfléchir ensemble afin de distinguer, dans les choix qui se posent à nous, ce qui relève de « l’impossibilité de conscience » et ce qui relève d’un choix encore acceptable même s’il ne correspond pas totalement à nos convictions.

Le CPDH non plus n’est ni de gauche, ni de droite. Ceux qui suivent notre action depuis longtemps le savent, et au sein même de notre association, des chrétiens sont engagés d’un côté comme de l’autre, ou encore… Ni d’un côté ni de l’autre. Nos domaines d’action spécifiques nous conduisent certes à dénoncer certains programmes en opposition avec les valeurs chrétiennes (comme nous l’avons fait avec le programme du candidat François Hollande à propos de l’euthanasie et du mariage homosexuel). Mais comme nous l’avons fait également, depuis la création du CPDH, chaque fois qu’un projet ou une proposition de loi portaient atteinte aux valeurs dans lesquelles nous croyons, et ce, indépendamment du pouvoir en place.

Ainsi, cheminant ensemble, nous apprenons à affiner notre discernement afin d’être sel de la terre et lumière du monde, et de pouvoir faire signe à un monde en panne d’espérance. Et on peut penser que les valeurs du Royaume réuniront de plus en plus les enfants de Dieu, au-delà de leur appartenance ecclésiale, et, espérons-le, de leur appartenance politique.

Je recommande en tout premier lieu que l’on adresse à Dieu des demandes, des prières, des supplications et des remerciements pour tous les hommes. Que l’on prie pour les rois et pour tous ceux qui sont au pouvoir, afin que nous puissions mener, à l’abri de toute violence, une vie paisible qui exprime, dans tous ses aspects, notre attachement à Dieu et qui commande le respect. Voilà ce qui est bien devant Dieu, notre Sauveur, ce qu’Il approuve. (1Ti 2.1-4)

Oui, prions et discernons, et votons les 10 et 17 juin prochains ! Exprimons notre position de chrétien et de citoyen responsable, à l’écoute de l’Esprit Saint.
Bien fraternellement en Jésus-Christ.

Daniel RIVAUD
Délégué général

CPDH

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014