Alès: le club de l’amitié

Paul Delfieu

Retour sur le prophétisme cévenol avec pour guide Évelyne Otge

Évelyne Otge est venue nous parler du prophétisme cévenol. Ce phénomène s’est manifesté sur une période qui s’étend de quelques années après la révocation de l’Édit de Nantes (1685) jusqu’aux guerres des Camisards (1704). Il fait suite à une longue période de discriminations et persécutions. Deux vagues successives de mesures répressives de plus en plus violentes ont été prises à partir de 1665 :

  • De 1665 à 1679 : destructions de temples (135 rien qu’en Languedoc Roussillon). Tout ce qui n’est pas autorisé à la lettre par l’Édit de Nantes est interdit.
  • De 1679 à 1688 : exclusion des religionnaires de la fonction publique, des tribunaux etc..., conversion forcée des enfants (qui seront catholiques de jour et protestants de nuit, par le contre enseignement des mères à la maison).
  • À partir de 1681, les dragonnades commencent. Pillages, viols, tortures, outrages en tout genre, assassinats sont permis aux dragons. Emprisonnements, pendaisons, supplice de la roue, galères sont infligés aux protestants.

Le phénomène du prophétisme débutera dans la Drôme, avec Isabeau Vincent qui, âgée de quinze ans environ, en 1688, parle les yeux fermés, commente la Bible et appelle les pécheurs à la repentance. Elle cite des versets et les explique pratiquement.

Dans la Drôme, à Dieulefit, des enfants de 10 à 12 ans sont enseignés dans la Bible et dans un métier. Ils partent évangéliser. Jusqu’à 5 à 600 enfants sont ainsi partis. Le maréchal de Villars témoigne lui-même qu’il a vu des choses : une ville entière d’enfants qui parlaient en dormant. Bientôt des petits enfants récitent des versets, quel que soit leur âge (de 4 à 12 ans). Jean Vernet (Théâtre sacré des Cévennes, p. 68) témoigne : « l’enfant, âgé de 13 à 14 mois, était emmailloté dans le berceau, et il n’avait jamais parlé de lui-même, ni marché. Quand j’entrai avec mes amis, l’enfant parlait distinctement en français, d’une voix assez haute, vu son âge… Il exhortait à faire des œuvres de repentance. La chambre où était cet enfant se remplit : il y avait pour le moins 20 personnes et nous étions tous pleurant et priant autour du berceau. Après que l’extase eut cessé, je vis l’enfant dans son état ordinaire. La repentance, la grâce, la miséricorde sont prêchées. Des phrases du style ‘mon enfant, je t’aime et je te console’, ‘repentez-vous’ sont dites. Beaucoup de versets de l’Ancien Testament sont cités ».

D’autres phénomènes sont observés : des psaumes sont entendus dans des endroits où personne ne peut se cacher. Certains entendent des trompettes dans les airs. Des lumières guident vers les lieux de rassemblement. Petit à petit le message se transforme. Ce sont des adultes qui prennent la relève, mais appellent à la rébellion, ce qui conduira à la révolte armée de la guerre des Cévennes.

Mme Evelyne Otge, pasteure

La vie de nos églises

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014