Projet de loi sur le mariage et l’adoption

Le projet de loi sur le mariage entre personnes de même sexe a été présenté au conseil des ministres le 7 novembre et devrait être discuté devant le Parlement en janvier. En route apporte ici quelques pièces au dossier : le 2e communiqué du CNEF appelant à un débat national et mettant en garde à ce qu’il considère comme «une déconnexion symbolique et pratique des réalités anthropologiques et biologiques naturelles». Michel Sommer (Christ Seul) s’interroge sur le positionnement des chrétiens par rapport à la loi du « mariage pour tous » (article diffusé exclusivement dans l’édition papier à la demande de l’auteur). Le billet de l’évêque rappelle la responsabilité propre à chaque membre d’une famille.

Le CNEF interpelle les parlementaires

Le Conseil national des évangéliques de France réaffirme son opposition à la réforme du « mariage pour tous » et à ses conséquences sur la parentalité.

Fondant ses positions sur l’éthique biblique, les évidences et la recherche du bien commun, le CNEF a déjà fait savoir de façon argumentée1 que le mariage entre un homme et une femme n’était pas une relique de l’Église. Et qu’il ne pouvait être ouvert à d’autres formes de vie commune sans être profondément dénaturé.

Concernant l’homoparentalité, le CNEF rappelle que c’est avant tout l'intérêt supérieur des enfants qui doit guider le législateur. Seul le droit de l’enfant à avoir un père et une mère doit être pris en compte. Le «droit à l'enfant», souvent invoqué par les couples de même sexe, devrait être écarté. Il s’agit d’une demande illégitime qui aboutira à faire croire faussement à l'enfant qu'il a deux pères ou deux mères et qui risque d’engendrer chez lui de graves problèmes d'identité.

Dans la mesure où le mariage et la filiation structurent fondamentalement la société, le CNEF répète qu’une telle réforme doit faire l’objet d’un débat large et démocratique sur le sujet.

Aujourd’hui, le CNEF dénonce l'attitude du gouvernement français qui semble ne pas vouloir prendre en compte les voix, nombreuses, qui s'élèvent contre son projet. À ce titre, il s’interroge sur l’absence de réponse des ministères de la justice et de la famille à ses demandes insistantes de rendez-vous. Alors qu’il représente une part conséquente du protestantisme ainsi que de nombreuses associations actives dans les domaines éducatif et social, le CNEF s’étonne de n’avoir toujours pas été entendu sur ce sujet. Il craint que cela ne traduise l'intention du gouvernement de faire passer ce projet en force pour tenir certaines promesses de campagne.

Si une telle réforme voyait le jour, elle permettrait l’émergence d'une société déconnectée, symboliquement et pratiquement, des réalités anthropologiques et biologiques naturelles. Et elle engagerait les générations futures, donc l’avenir de la nation.

Aussi, le CNEF demande la tenue d’états généraux et appelle les parlementaires de toutes tendances politiques à prendre la mesure des enjeux et à ne pas légiférer dans l'urgence ni sous la pression d’une minorité.


1 Communiqué du 13 septembre 2012 : Mariage entre personnes de même sexe et homoparentalité : un mauvais choix de société.

Source CNEF

Actu

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014