Principaux fondements de la foi vus du point de vue méthodiste

Suggestions pour entretiens et discussions dans les communautés locales

L’amour universel de Dieu

Les méthodistes croient que Dieu ne veut que le bien pour sa création. L’amour de Dieu est valable pour tous les humains. Si ces derniers reçoivent et ouvrent leurs cœurs et leurs esprits à cet amour, ils vivent une transformation, ils deviendront meilleurs. L’amour de Dieu se développe alors comme une force salutaire, qui prend attache au plus profond de l’être humain, et qui veut rayonner sur son environnement social et écologique, en faisant des vagues autour d’elle dans un rayon de plus en plus large.

L’aliénation des humains

Tous les hommes ont besoin de rédemption. Ce qui signifie que nous avons tous besoin d’être libérés de ce qui détruit la vie et défigure le monde créé par Dieu. Par exemple : de la violence raciste, sexiste ou nationaliste ; de dépendances dégradantes ; de l’exploitation ; de l’insensibilité et de l’indifférence à la misère d’autrui. Que les personnes soient touchées voire impliquées peu ou prou – il faut que cette attitude coupable cesse, il faudra même faire davantage. En effet, tout ce qui est destructeur et hostile à la vie ne peut pas être détruit à la base, sans que l’aliénation des humains par rapport à Dieu n’ait pas été surmontée. Car l’aliénation par rapport au prochain prend racine dans l’aliénation vis-à-vis de Dieu, qui en fin de compte est toujours une aliénation par rapport à soi-même. Elle se manifeste souvent dans un égocentrisme dont l’homme ne peut pas se libérer par lui-même.

La libération par Jésus Christ

Jésus libère de cet égocentrisme. En lui, Dieu s’est révélé concrètement et conformément à l’Écriture Sainte. Par ses paroles et ses actes, par son enseignement, par ce qu’il a vécu et souffert, il ouvre à l’homme la voie vers Dieu, vers son prochain et vers lui-même. En comptant sur la libération qu’il vit en Christ, l’homme reçoit ce qui lui est nécessaire pour sa capacité relationnelle, chose qu’il ne peut acquérir par lui-même. Ainsi en est-il du pardon, de la réconciliation avec Dieu, de la guérison des déchirements internes, de la paix globale. Par-là, il deviendra capable de vivre une vie responsable.

La participation à l’action de Dieu

Par Jésus Christ, Dieu insuffle l’amour dans notre vie. Fort de cet amour, les méthodistes se mobilisent pour que la volonté de Dieu devienne réalité dans tous les domaines de la cohabitation humaine, tout en faisant confiance à l’engagement déjà pris par Dieu à leur sujet, car il n’existe aucun endroit sur terre où Dieu n’est pas présent.

La vie dans une communauté élargie

Il est important pour les méthodistes, de ne pas réagir par la raison – ou par des disputes verbales au sujet de dogmes essentielles, mais de vivre une foi, qui soit empreinte d’amour. Ils s’engagent aux côtés d’autres personnes pour le monde aimé par Dieu.

Le renouvellement des forces

Afin que la foi, l’espérance et l’amour restent vivants, les méthodistes recherchent constamment la relation, d’une part avec le Dieu trinitaire, et d’autre part, entre eux, pendant le culte et la sainte cène, comme dans l’étude biblique et la prière.

Adopté en mars 2011 par l’Exécutif de la Conférence centrale

Spécial méthodisme


Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2014