Actu: du témoignage au martyre


Jean-Philippe Waechter

Retour sur la décapitation en Lybie de 21 chrétiens coptes égyptiens. Rubrique publiée conjointement par Christ Seul et ENroute.

Un événement en télescope un autre ; c’est à donner le vertige. À peine la conférence de presse de Portes Ouvertes avait-elle eu lieu le 7 janvier que démarrait sur les chapeaux de roue la série noire des attentats meurtrissant la France, éclipsant du coup, médiatiquement, la cause de l’Église persécutée, pour un temps du moins, jusqu’à cette date fatidique du 15 février où l’État islamique de Lybie publiait sur Youtube une vidéo mettant en scène la décapitation de 21 chrétiens coptes égyptiens.

Émotion en cascade

Ce drame spectaculaire connaît immédiatement un très large écho à commencer en Égypte : le gouvernement décrète un deuil de sept jours et le président Abdel Fattah al-Sisi en personne monte en première ligne pour assurer la communauté copte de son soutien. En hommage aux 21 martyrs, il décide même de faire construire au frais de l’État une église dans la ville de Minya, dont sont originaires la plupart des victimes. Retournement de situation incroyable et extraordinaire quand on sait l’hostilité traditionnelle des pouvoirs politique et religieux égyptiens à l’encontre des chrétiens locaux identifiés longtemps à des citoyens de second rang.

Leur histoire

Ces 21 victimes, ouvriers originaires de la province pauvre de Minya en Égypte centrale avaient émigré en Libye pour travailler. Début janvier, ils se font enlever par les soldats de Daech partis en croisade contre « le peuple de la croix et les fidèles de l’Église égyptienne ennemie ». Ces frères coptes payeront de leur vie leur fidélité au Christ. Non seulement ils n’opposent pas de résistance à ces fanatiques islamistes venus les arrêter, mais refusent aussi de renier leur Sauveur. Ils gardent la foi jusqu’au bout. Sous la hache de leurs bourreaux, ils prononcent le nom de Jésus : « يارب يا يسوع » « Oh, Seigneur Jésus »,« يا يسوع انقذنا » « Jésus, sauve-nous »« يا يسوع يا يسوع », « Oh Jésus, oh Jésus ». L’État islamique les décapitera pour le seul motif d’être au Christ.


Morts en martyrs

« Le nom de Jésus est le dernier mot qui a effleuré leurs lèvres. Comme dans la passion des premiers martyrs, ils se remettent à Celui qui peu après, les accueille. Et ainsi, ils célèbrent leur victoire, la victoire qu’aucun bourreau ne pourra leur enlever. Ce nom susurré au dernier instant a été comme le sceau de leur martyre » (Mgr Anba Antonios Aziz Mina).

«Rappelez-vous la parole que je vous ai dite: Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, vous aussi ils vous persécuteront. Bien plus, l'heure vient où quiconque vous tuera pensera rendre un culte à Dieu. Et cela, ils le feront pour n'avoir reconnu ni le Père ni moi. Mais je vous ai dit cela pour qu'une fois leur heure venue, vous vous rappeliez que je vous l'ai dit.» Jn 15.20 ; 16.2-4

« Et quand il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l’autel les âmes de ceux qui furent égorgés à cause de la parole de Dieu et du témoignage qu’ils avaient porté. Ils crièrent d’une voix forte : « Jusques à quand, Maître saint et vrai, resteras-tu sans juger, sans venger notre sang sur les habitants de la terre ? » Et il fut donné à chacun une robe blanche, et il leur fut dit de patienter encore quelque temps, jusqu’à ce que soient au complet leurs compagnons de service, leurs frères, qui allaient être tués comme eux. » Ap 6.9-11

« Et je vis des trônes; et à ceux qui s’y assirent fut donné le pouvoir de juger. Et je vis les âmes de ceux qui avaient été décapités à cause du témoignage de Jésus et à cause de la parole de Dieu, et de ceux qui n’avaient pas adoré la bête ni son image, et qui n’avaient pas reçu la marque sur leur front et sur leur main. » Ap 20.4

L'icône de l'artiste égypto-américain Tony Rezk représente les 21 chrétiens coptes assassinés par Daesh le 15 février.

L’artiste égypto-américain Tony Rezk représente dans cette icône les 21 chrétiens assassinés en Libye le 15 février. Ils portent l’étole rouge du martyre (portée ici également par les anges et par le Christ), et sous des couronnes portées par les anges. Leur habit orangé n’est pas sans rappeler la combinaison orange que les terroristes islamistes mettent à leurs victimes avant de les décapiter. Et dans le fond, les vagues stylisées rappellent que c’est sur une plage libyenne que les 21 Égyptiens ont été assassinés.

Encouragement

Les noms des 21 martyrs

Les noms de ces vingt-et-un travailleurs égyptiens émigrés en Libye ont été publiés dans l’hebdomadaire Watani, l’organe de presse des coptes du Caire :Milad Makine Zaky, Abanoub Ayad Attiya, Magued Soliman Chehata, Youssef Choukry Younan, Kirollos Bouchra Fawzy, Bishoy Estefanos Kamel, Samuel Estefanos Kamel, Malak Ibrahim Tanios, Tawadros Youssef Tawadros, Guirguis Milad Tanios, Mina Fayez Aziz, Hani Abdel-Messih Salib, Bishoy Adel Khalaf, Samuel Alahm Wilson, Ezzat Bouchra Nassif, Louka Nagaty, Gaber Mounir Adly, Essam Baddar Samir, Malak Farag Abram, Sameh Salah Farouk, Makram Youssef Tawadros.

Se sachant environnés de tels témoins et martyrs, les chrétiens égyptiens ne se laissent pas gagner par le désespoir. Malgré leur chagrin qui est réel, ils vont courageusement de l'avant (Hb 12.1-2). Leur foi sort grandie de l’épreuve : « L’EI nous a aidés à renforcer notre foi », déclare Kamel qui a perdu deux de ses frères. Et de poursuivre : « mon village natal de Al-Aor est heureux d’avoir tant d'entre nous dans ce village à êtres morts en martyrs ». La mère d’un martyr abonde dans le même sens : « Nous remercions l’EI. Maintenant, plus de gens croient au christianisme à cause d’eux. L’EI a montré ce qu’était le christianisme… »*. La mort de leurs frères n’est pas une défaite et un anéantissement, mais en réalité l'accès à la béatitude promise.

Pardon

Dans leurs rangs, personne n’appelle à la vengeance, tous en appellent au pardon, à commencer par cette mère qui a perdu son enfant : « j’inviterai les soldats de l'EI à la maison et demanderai à Dieu de leur ouvrir les yeux », si elle les croisait en rue, ajoutant : « j'espère que les membres de l'EI qui ont commis ce crime verront cela, prendront du recul, et penseront sérieusement à la foi que Jésus a enseignée à son peuple. Si nous pouvions vivre en suivant l'exemple de ces martyrs et de leurs survivants, alors nous pourrions commencer à nous appeler nous-mêmes chrétiens ».

Mgr Angaelos, évêque des coptes-orthodoxes du Royaume-Uni: « Nous ne pardonnons pas l’acte, parce que celui-ci est atroce. Mais nous pardonnons vraiment aux tueurs des profondeurs de nos cœurs. Autrement, nous serions consommés par la colère et la haine et nous entretiendrions une spirale de violence qui n’a pas lieu d’être dans ce monde. »

Le pape François : « Ils ont été assassinés pour le seul fait d’être chrétiens. Le sang de nos frères chrétiens est un témoignage qui hurle. Qu’ils soient catholiques, orthodoxes, coptes, luthériens, peu importe : ils sont chrétiens ! Et le sang est le même. Donner son sang, c’est témoigner du Christ ».

Et nous ?

Leur foi brûlante, leur implication dans la prière comme leur sens du pardon nous interpelle. Leur exemple face à l’épreuve est à suivre, incontestablement.

« L’IDENTITÉ CHRÉTIENNE EST COMPATIBLE AVEC LA BRIMADE ET LA PERSÉCUTION »

Les chrétiens « ne peuvent pas se comporter simplement comme les représentants d’un groupe minoritaire qui s’estimerait lésé, fût-il religieux. Nous ne sommes pas à rechercher fébrilement une reconnaissance culturelle et publique et à guetter les signes de la bienveillance des puissants à notre égard. Notre identité n’est pas de cet ordre. Elle est tout à fait compatible avec la méconnaissance, l’injustice, voire la brimade et la persécution. Nous ne demandons rien de plus que ce qui est le droit commun : la liberté de conscience, la liberté de culte et la liberté d’expression garanties par la Déclaration Universelle des droits de l’Homme. Et nous demandons que ces libertés soient respectées non seulement pour les chrétiens mais aussi pour tous les autres et non seulement dans notre pays mais dans tous les pays. »

Cardinal Vingt-Trois dans la CROIX 2 avril 2015


* Témoignages tirés de ndf.fr et stmaterne. blogspot.com

Toute remarque et tout courrier à propos d'ENroute sont à adresser à ENroute - Tous droits réservés © UEEMF 2015