Vivre avec le terrorisme - Comment la comment la communauté EMU Résurrection a vécu ces jours difficiles !

ATTENTATS DE PARIS

UnitedWithParisMeme-jpg-french-bp


Témoignage de Philomène EKISSI, Paris

Comment la communauté de Paris Résurrection a vécu ces attentats du 10 novembre ? Réponse de Philomène Ekissi.

Photomontage wikimedia

Choc et peur

Dans la nuit du 13 au 14 novembre 2015, il est 00H16 quand, à moitié endormie je reçois un texto d’une sœur de l’église qui dit ceci : « Au vu des évènements sur Paris, toutes mes pensées vont vers ceux qui y habitent. Je n’arrive pas à dormir, si vous ne dormez pas, faites-moi signe ! » Ne comprenant pas très bien la teneur de ce message, je rappelle aussitôt la sœur, qui m’apprend ce qui passe.  Je m’empresse d’allumer la télévision ! 

C’est le choc ! Il semble que plusieurs points de Paris sont attaqués par des terroristes ; il y a beaucoup de morts… L’horreur quoi !

La nuit sera très courte. Nous nous réveillons le samedi matin avec des questions plein la tête : pourquoi ? comment ? au nom de quoi ? La peur nous gagne !

Le gouvernement décrète l’état d’urgence pour des raisons de sécurité. Aussi, bon nombre de frères et sœurs de Résurrection restent bien chez eux ce samedi 14 novembre. Un véritable élan de fraternité se met automatiquement en marche. Le téléphone et les SMS explosent.

A commencer par la première responsable de notre communauté : la pasteure Catherine Ehoussou. Celle-ci a pris le temps de s’enquérir des nouvelles de chacun d’entre nous : « Etes-vous tous sains et saufs ? Aucune personne de votre entourage n’a été touchée par les attentats ? » etc…

Le prédicateur Simon Gadji-Otili fera de même. Oui, nous avons tous eu une pensée les uns pour les autres à Résurrection et j’ai trouvé cela vraiment formidable.

Dommages collatéraux

Par contre, il fallait s’y attendre : les dommages collatéraux des attentats de Paris n’ont pas épargné notre communauté. Comme nous nous en doutions, nous avons été informés par la pasteure Catherine Ehoussou, que, suite aux consignes du conseil de l’église, suivant celles du gouvernement, le culte du dimanche 15 novembre ne pourra pas être célébré. Beaucoup de lignes de métro, comme les réunions publiques resteront interdites. 

Des familles comme celle d’Abraham Dogbo ont fait un culte familial, ce qu’il nous a proposé de faire aussi par SMS. 

Curieusement, le thème que proposait le lectionnaire (avec ces 3 lectures : Lm 3.19-39 ; Ap 2.10 ; Jn 14.1) était bien inspiré :  « Que votre cœur ne se trouble point ».

Nous avons passé ces moments difficiles dans la prière pour la France, pour les familles des victimes, et même pour les ennemis de la France. 

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2016