ClinDieu: le ClinDieu de Steven Willemin


Steven Willemin

Journaliste reporter images

Ce frère raconte comment il s’est laissé conduire au service d’une étape à l’autre…

« Au cours d'une belle matinée de juillet, alors que je me trouvais en France dans le cadre d'un séminaire sur la restauration de l'identité, j'ai vu devant moi deux personnes. L'une d'elle était équipée d'une guitare, la deuxième était aussi guitariste. Derrière ce duo, une batterie… vide bien évidemment! Je me souviens m’être dit à ce moment précis: « Pourquoi faut-il toujours que l'accompagnement musical soit si pauvre ? » Après un temps de silence, j'ai déposé cette frustration au pied de la Croix.

Le lendemain, assis sur ma chaise, j’ai remarqué à ma grande surprise que le groupe de louange venait de s'agrandir au travers d'un batteur. Sur le moment, je me suis dit que Dieu avait vraiment de l'humour. L'Éternel, le créateur de l'univers, m'avait montré à quel point il peut être proche et concerné par nos états d'âme. Musique Maestro! Notre trio a démarré et au premier coup de grosse caisse, j’ai ressenti comme une vague de chaleur se répandre dans mon cœur, et cela se renouvelait à chaque coup de percussion. À ce stade, l'intensité qui coulait en moi était telle que tout a débordé, j'ai terminé à l'arrière de la salle, là où se trouvait le paquet de kleenex et chaque jour, dès que le batteur commençait à jouer, je me sentais inondé de l'amour d'un père bienveillant.

À mon retour en Suisse, j'avais sur le cœur de proposer à un jeune de notre communauté de commencer la batterie ; j'étais convaincu que c'était juste de lui en parler. Le jour tant attendu arrivé, je l'ai abordé et lui ai exposé l'idée mais à mon grand étonnement, il m’a répondu qu'il avait débuté l'apprentissage d'un autre instrument. Sur le moment, j'étais perdu, j'ai réfléchi un moment: après tout, j'avais fait ce que j'avais à faire. Je me suis donc approché de mon Dieu pour connaître sa volonté et là, il m'a répondu : « C'est toi que je veux voir derrière cet instrument ! » Pour une surprise, elle était de taille ; je me sentais comme Moïse, incapable de rentrer dans cette mission!

  • Primo, la pratique de la batterie demande une bonne aptitude à la dissociation.
  • Deuxio, il faut de l'argent pour les cours sans parler du coût d'une batterie!!! 

Tout comme Moïse, j'ai fini par accepter cet appel et entre nous, j'ai bien fait. Au mois d'octobre 2015, je commençais les cours. Aujourd'hui, j'ai deux batteries, je loue le Seigneur avec mon épouse au culte et Dieu m'utilise puissamment pour sa gloire au travers de cet instrument de bénédiction ».

Toute remarque et tout courrier à propos d'EN ROUTE sont à adresser à En route - Tous droits réservés © UEEMF 2016