Le billet diaconal

Le Foyer Caroline de Munster par Béatrice Sigrist

Ambeis.jpg

Le « Foyer Caroline », construit en 1988, accueille des personnes seules ou en couple, dans l’esprit d’une maison de retraite « où il fait bon vivre, comme chez soi». Présentation en dialogue avec Nicole Ambeis, sa directrice.

Le foyer, portant avec tendresse le prénom de celle qui légua le terrain où fut bâtie la maison, dispose de 60 chambres individuelles, dans un style d’architecture très innovant, favorisant la rencontre et les échanges.
« Chez soi » ?
Afin de pouvoir recréer un « chez soi », les pensionnaires aménagent eux-mêmes leur chambre, qui son fauteuil préféré, sa commode ou son lit. Ils peuvent aussi inviter leurs proches à devenir « acteurs » des soins de la vie quotidienne. Les relations de « voisinage » gardent tout leur sens : à chaque étage une « tisanerie » est à la disposition des résidents et permet des échanges avec ses voisins de palier ou ses proches. Une dynamique équipe de cuisine élabore sur place les repas, pris pour la plupart dans une salle à manger commune, facteur de liens avec les autres résidents.

Sortir, bouger… Vivre !

Prendre soin de soi est un élément indispensable à une vie réussie, même et surtout dans un contexte de vie en communauté. En se promenant dans les couloirs, on trouve un salon de coiffure au quatrième étage. Permanente et mis en plis rendent les unes et les autres belles, beaux,… Le rapport au corps est valorisé par les permanences mensuelles d’une esthéticienne spécialisée. Les ateliers de gymnastique ou de « mémoire » complètent cette offre. Toutes ces activités sont régulièrement évaluées, renouvelées, complétées.

foyer-Caroline2.jpg

Pour ceux qui le désirent sont organisées de manière hebdomadaire toutes sortes d’activités culturelles et manuelles ; de plus, un « temps fort » mensuel donne à l’établissement un constant mouvement de vie, de projet ! Une exposition autour du marché hebdomadaire de Munster en mars 2006 donne un exemple frappant de l’inscription du foyer dans la vie de la cité.Le personnel, auquel N. Ambeis rend un vibrant hommage, « unique » de par son implication et « son souci de la personne âgée », travaille en lien étroit avec les bénévoles du « Temple de la Paix », ainsi que des membres de l’association « des amis du foyer Caroline », très impliquée dans la recherche d’idées et appuis aux résidents.
Souffler…

Combien de proches s’essoufflent autour d’une personne âgée de plus en plus dépendante ? « Innovant » selon sa directrice, le foyer Caroline a été un précurseur en terme de réflexion et d’accueil temporaire ; le quatrième étage est plus particulièrement destiné à ce type de prise en charge (six chambres) ; ces séjours se veulent une aide pour les familles, dans le cadre du maintien à domicile essentiellement, pour leur permettre de « souffler », tout en sachant leur parent pris en charge. Une chambre est dédiée plus particulièrement à l’accueil de personnes très dépendantes.
Prier, méditer…

Le foyer Caroline se veut comme tous les établissements de l’association Bethesda, un lieu de vie spirituelle respectueuse des convictions de chacun. Tous les dimanches matin un culte est animé par un pasteur, la messe étant célébrée une fois par mois. Les jours sont rythmés par les prières et lectures régulières de la Bible.
…et « voir en avant » !Leur nombre augmentant en parallèle avec le vieillissement de la population, toutes les demandes ne peuvent être prises en compte. Comme pour tous les établissements de l’association Bethesda, dont la constante remise en question est porteuse d'innovations pertinentes, le manque de moyens du foyer inquiète sa directrice. Mais la richesse de ce lieu se situe « ailleurs » et semble promettre à ce dernier de beaux jours… Bonne route à tous !