La vie de notre Église (2)

“Un avenir plein d’espoir” - La Conférence Générale de l’EEM du 23 avril au 2 mai à Fort Worth, Texas

eveque_Patrick_Streiff.jpg

Notre évêque Patrick Streiff nous présente dans les grandes lignes les tenants et les aboutissants de la prochaine Conférence Générale de l’EEM.


L’Église grandit

L’Église Évangélique Méthodiste grandit, année après année. L’année passée, la nouvelle a fait le tour des médias : aux USA, le nombre des membres est tombé sous la barre des 8 millions. De même, l’effectif des membres diminue dans la plupart des pays d’Europe occidentale, plus fortement encore qu’aux USA. Mais dans d’autres régions du monde, il grandit. Lorsque, tous les quatre ans, les délégués des Conférences Annuelles s’assemblent pour la Conférence Générale mondiale, on y compte toujours un peu moins de mille participants. Mais la proportion des délégués venant de l’extérieur des USA augmente. Lors de ma première Conférence Générale, il y a 12 ans, il s’agissait de 140 délégués ; en 2008, il en viendra plus du double. Les premières estimations prévoient qu’ils pourraient être près de 400 en 2012.

Une Église mondiale

La Conférence Générale devient plus internationale pour ce qui est de la provenance des délégués, même si son mandat lui impose de traiter nombre d’affaires qui ne concernent que les USA. Et c’est exactement là que réside le problème structurel qui fait l’objet d’un débat controversé. La Conférence Générale 2008 aura à décider si les USA constitueront leur propre Conférence Centrale (sous la nouvelle désignation de Conférence régionale) dans le but de régler les questions internes aux USA dans cette Conférence régionale. La Conférence Générale en serait raccourcie et ne traiterait plus que les affaires engageant le monde entier. Du fait de la nécessité de modifier les statuts, la décision définitive ne pourra être prise qu’en 2012. Le groupe d’étude qui propose cette modification entend utiliser les prochaines quatre années pour préparer une telle réorganisation.

Chaque Conférence Générale donne des mandats relatifs à d’importantes questions de fond de l’Église devant être étudiées au cours des quatre années suivantes. Un groupe d’étude s’est occupé de la conception des ministères ordonnés dans l’Église. Un rapport intérimaire du groupe d’étude doit être discuté à la Conférence Générale, afin que le groupe sache dans quelle direction il doit continuer son travail : quelles sont les tâches que doit assumer un diacre ordonné et quelles sont celles que doit assumer un pasteur ancien ordonné ? Quand l’ordination doit-elle avoir lieu ? Est-ce que toutes les personnes autorisées à administrer les sacrements (baptême, Sainte Cène) doivent être ordonnées, y compris les « pasteurs locaux/pasteures locales » (anciennement prédicateurs/prédicatrices laïques avec affectation) ? Faudrait-il – comme par le passé – que quelqu’un soit d’abord ordonné comme diacre et ensuite comme pasteur/pasteur ancien ? Le rapport pose aussi la question de savoir si la nouvelle conception du ministère de diacre adoptée en 1996 ne devrait pas être en partie révoquée ? Il y a là matière à discussion…

Une Église engagée

En 1908, la Conférence Générale avait publié, pour la première, fois un credo social. Depuis, celui-ci a constamment été retravaillé en fonction de nouvelles questions de société. Plus tard sont venus des Principes sociaux plus détaillés et des résolutions relatives à des domaines d’action spécifiques. Cent ans après ces débuts, la Conférence Générale 2008 va se pencher sur un nouveau credo social conçu pour l’usage liturgique en tant que confession de foi parlée ou chantée. Il est issu de consultations qui ont eu lieu non seulement aux USA, mais aussi en Europe, en Afrique et aux Philippines. Comme tous les quatre ans, la Conférence Générale va également réviser les Principes sociaux et les résolutions. Cela comprend aussi ces questions controversées, comme la position de l’Église par rapport à l’homosexualité pratiquée, qui suscitent un grand intérêt médiatique et donnent à bien des gens, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Église, l’impression que la Conférence Générale ne traite que ce sujet-là.

« Conduire des personnes à suivre le Christ, pour changer le monde » : c’est sous ce thème que l’Église vit sa mission. Dans cette perspective, quatre domaines d’action seront prioritaires :

  1.  (1) Vivre de manière méthodiste – une brochure publiée en anglais et en français à l’occasion de la Conférence Générale présente un guide pour la mise en pratique, dans la vie quotidienne, des « Règles générales » de John Wesley ;
  2.  (2) Fonder de nouvelles paroisses – un plan d’action soumis à la Conférence Générale prévoit de porter le nombre de nouvelles créations de quelque 50 à 150 par an aux USA et en particulier de créer plus de nouvelles communautés au sein des minorités ethniques ;
  3.  (3) Renforcer le travail diaconal et missionnaire parmi les enfants — spécialement là où des enfants sont touchés par la pauvreté ;
  4.  (4) Promouvoir des programmes de santé en collaboration avec des agences non-ecclésiales – en particulier la lutte contre le paludisme et le Sida. Les personnes qui aimeraient en savoir plus sur certains thèmes ou qui souhaiteraient suivre les débats de la Conférence Générale peuvent le faire via internet.

Pour les hommes et les femmes méthodistes, « conduire des personnes à suivre le Christ, pour changer le monde » implique toujours une dimension personnelle et une dimension sociale de la croissance dans la foi ou, pour utiliser un terme méthodiste classique : la sanctification personnelle et sociale. Conformément à cette thématique, la Conférence Générale 2008 entend orienter les priorités de toute l’Église de manière que s’illumine un « avenir plein d’espoir ».

Patrick Streiff, évêque

Traduction Frédy Schmid


Calendrier pour avril

1er : Table ronde Albanie, à Wuppertal/Allemagne ; 5-6 : Assemblée Générale de l’UEEMF à Chamaloc/France ; 8-13 : Conférence Annuelle à Szolnok/Hongrie ; 16-22 : Conseil des évêques et 23.04-2.05 : Conférence Générale à Fort Worth, Texas/USA