Méditation

Apprendre la PAIX ou la symphonie en “P” majeur ! par le pasteur Bernard Lehmann

dsc_0946.jpg

Au cours des vacances passées, nous avons ressenti le besoin de changer d’air. Vive les vacances pour cela ! Mais suffit-il de changer de paysage pour trouver la sérénité, l’apaisement et le repos et être délivré du poids des soucis, des craintes et des autres inquiétudes ?

Un cœur calme est la vie du corps, mais la jalousie est la carie des os (Pr 14.30).

Trois sortes de paix animent le chrétien

La lecture de la Bible nous fait rencontrer trois sortes de paix :

La paix spirituelle. La paix avec Dieu. Le fruit de la réconciliation avec le « Père ». Étant donc justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ (Rm 5.1).

La paix de nos sentiments.

C’est l’expérience de la jouissance de la paix de Dieu. La paix règne sur nos émotions. Col 3.15 : Que la paix de Christ, à laquelle vous avez été appelés pour former un seul corps, règne dans vos cœurs. Le mot grec traduit par « régner » signifie littéralement « arbitrer ».. Est-ce que nous permettons à la paix de Dieu d’arbitrer les enjeux de la vie ainsi que leurs impacts sur notre vie intérieure ? Tout arbitre veille à ce que « le match » se déroule sereinement et de manière ordonnée. Dieu nous donne cet arbitre intérieur qui saura nous garder en paix même quand tout ce qui nous entoure semble chaotique.

La paix relationnelle.

S’il est possible, autant que cela dépend de vous, soyez en paix avec tous les hommes (Rm 12.18). Vous devez savoir par expérience que nos rapports avec les autres peuvent être une profonde cause de stress, de fatigue et d’émotions négatives. N’est-il pas vrai, que, souvent, nos plus gros problèmes viennent de nos rapports avec les gens et de notre difficulté à nous entendre avec notre patron, notre hiérarchie, notre famille ou d’autres proches. Nous faisons consciemment ou inconsciemment face à toutes sortes de conflits, de compétitions et de critiques. Cependant, ces choses ne doivent pas nous priver de paix.

« Saisir » la paix de Dieu

Jésus promet, juste avant de se diriger vers la croix : Je pars, mais je vous laisse la paix ; c’est ma paix que je vous donne. Ce cadeau n’a rien de commun avec cette paix que le monde peut donner. C’est pourquoi, cessez d’être inquiets et de vous laisser troubler. Bannissez toute crainte de vos cœurs (Traduction libre de Jn 14.27 et 1 Jn 4.18)

a) Le Saint Esprit nous rappelle que cette paix que Jésus donne est un don, un cadeau. Nous ne pouvons pas la fabriquer, ni la mériter ni l’acheter… Il nous faut l’accepter !

b) Jésus dit que sa paix est différente de celle que le monde donne. La paix du monde est bien fragile et ô combien éphémère…

c) La paix de Dieu, elle, n’est pas liée aux circonstances.

Cinq clés pour apprendre cette paix

  1.  La Parole de Dieu

Il convient de la rechercher et de lui obéir. 
David témoigne au Psaume 119 : Il y a une abondante paix pour ceux qui aiment ta loi, et aucun obstacle ne les fait trébucher… Mon âme observe tes préceptes et je les aime beaucoup.
Tout comme une machine fonctionne bien mieux quand elle est utilisée selon les normes établies par son concepteur, votre vie ira bien mieux si vous tenez compte des consignes que le Créateur nous a laissées dans sa Parole.

  1.  Le Pardon de Dieu

Il convient de l’accepter.
Il nous libère de toute culpabilité. Dieu aime pardonner. Quelqu’un a dit que Dieu avait une grosse gomme ! Le pardon est accessible et vous pouvez recevoir une bonne conscience aujourd’hui même (1 Jn 1.9 ; Mi 7.18).

  1.  La Présence de Dieu

Il convient de s’y reposer.
L’objet de votre attention détermine le degré de votre paix personnelle. Il nous appartient de choisir de fixer notre attention soit sur nos problèmes, soit sur la personne de Dieu, qui détient une solution. Dieu est pour nous un refuge.

  1.  Les Projets de Dieu

Il convient de s’y confier.
Même quand tout semble n’avoir aucun sens, il nous faut garder confiance dans le projet de Vie de Dieu pour les siens. Dieu nous invite à Lui faire confiance et à abandonner nos spéculations qui essayent de tout comprendre. Il n’est pas nécessaire que je comprenne pourquoi, ni comment, ni même quand Dieu agit comme il le fait. Je lui fais confiance, et je peux goûter sa paix. C’est Lui qui règne ! C’est Lui qui contrôle ! Je veux qu’Il soit aux commandes de ma vie ! N’était-ce pas là le secret de la vie fructueuse de Jésus, de Paul… ?

Cette Paix de Dieu

Il convient de la demander !
Changez vos inquiétudes et vos préoccupations en prières. Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous (1Pi 5.7).

Heureux ceux qui créent la paix autour d’eux, car Dieu les appellera ses fils ! (Mt 5.9 FC)