Conférence annuelle 20065 à Thoune

"Toi, réjouis-toi"

La Conférence Annuelle 2006 qui se déroulait à Winterthur du 15 au 18 juin était placée sous le signe de la joie. Cette thématique a été reprise tout au long des temps de prière de manière créative jusque dans le sermon de notre évêque Patrick Streiff. En page de couverture, vous en lirez un court extrait significatif. Vu les limites de la pagination de notre journal, nous ne pouvons pas nous étendre sur l'événement mais vous renvoyons à eemni du 22 juin 2006 sur le net et autres pages...

La première fois…
Béatrice Sigrist

Béatrice Sigrist a promené son micro dans la salle pour demander comment deux participants ont vécu leur première Conférence.Unité dans la diversité

bertololy.jpg

Pierre Bertololy (Strasbourg Sion, France, membre laïque) :

L’homme n’est pourtant pas un inconnu… mais Pierre Bertololy a vécu sa toute première Conférence Annuelle en tant que délégué laïque et livre volontiers ses impressions !Ce sont les cultes qui l’ont le plus marqué ; organisés tous les matins dans divers styles («festif », « à la manière de Taizé »,…), ils ont requinqué l’intéressé, notamment celui du « renouvellement de l’alliance », une spécificité méthodiste, instauré depuis l’époque de John Wesley et qui manifeste la volonté des chrétiens méthodistes de se souvenir de leur engagement face à Dieu. Le culte d’ordination du dimanche matin, présentant les nouveaux collaborateurs, était émouvant pour lui, point d’orgue d’une conférence sympathique à tous égards ; les rencontres fraternelles, facteurs d’échanges au-delà des frontières, ont aussi réjoui le cœur de ce retraité plein d’enthousiasme pour les liens dans « l’église globale » !
« Réjouissez-vous toujours… »

Bruno Walter (Berne, Suisse), pasteur, un homme heureux !
Cette première conférence est pour lui sa « meilleure expérience » de ce type de rencontre dans son parcours… Et les participants français à cet événement en sont pour quelque chose !

BrunoWalter.jpg

Ce pasteur, père de trois enfants, débute à Berne son ministère au sein d’une équipe pastorale de quatre personnes, avec un souci tout particulier pour le travail parmi les enfants. Mais son accent disparaît quasiment lorsqu’il échange avec ses nouveaux amis francophones présents à la conférence : avec son épouse, il a travaillé pendant six ans dans la région parisienne au sein d’une équipe « France Mission » ! Toutefois son premier contact avec l’église méthodiste date des bancs de l’école, où, récemment converti, il rencontrait un jeune méthodiste, devenu un ami puis un collègue au sein du corps pastoral de l’église méthodiste en Suisse ! Diplômé en Suisse alémanique, il a appris le français en Suisse romande, mais se dit parfois un peu « nostalgique » de son expérience française… La foi ouvre les frontières… Quelle joie de vivre dans ces rencontres la dimension internationale de l’église !

Micro-trottoir… Micro pause
« Flashs/Baptême et état de membre »

Le nouveau règlement apporte son lot de changements, entre autres autour du baptême et de l’état de membre. Béatrice Sigrist a recueilli les impressions de plusieurs délégués francophones.

mlacker.jpg

Marie Louise Acker (Munster, France) : « Nous n’avons pas le même type de question en France, la situation ne semble pas la même… Nous devrions plutôt nous poser la question pourquoi y-a-t-il de moins en moins de membres dans nos paroisses… Un décalage ! »


martial.jpg

Martial Deléchat (Lausanne, Suisse) : « Sans jamais vraiment le formuler, on parle ici uniquement du baptême d’eau, alors que les textes invoqués parlent du baptême de l’Esprit… Que fait-on de ce dernier ? »

roswitaebner.jpg

Roswitha Golder (Genève, Suisse) : « Je suis partagée… Fascinée par le lien entre les questions de constitution et leur application, mais il y a des questions plus importantes que la discussion ! On évite certains sujets brûlants, comme les discriminations existantes de fait qui seront à résoudre ! »



joseline.jpg

Joseline Waechter (Colmar, France) : « Le baptême des enfants me chagrine, l’idée du baptême qui précède la foi… Nous sommes bien des …« irréductibles Gaulois » en refusant de baptiser les petits ! »



fredyschmid.jpg

Frédy Schmid (Suisse) : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? ! »





bernardberger.jpg

Bernard Berger (Colmar, France) : « Il est bon d’avoir des idées précises en ce qui concerne les structures, mais il est important de parler de leur application pratique en terme d’ouverture… Évitons les discriminations ! »





beatriceklopfenstein.jpg

Béatrice Klopfenstein (Lausanne, Suisse) : « Toute cette discussion est-elle utile ? Pour moi c’est du détail, est-il utile de préciser autant les choses ? »



Les traducteurs à la tâche… Dans le bocal
Béatrice Sigrist

Béatrice Sigrist rend à juste titre hommage aux traducteurs dévoués qui ont veillé à reproduire fidèlement les interventions publiques à l’intention des dizaines de francophones présents.

barbara-fredy.jpg


Ventilateur et verre d’eau, Barbara Mazotti et son papa, Frédy Schmid, passent leur journée dans une cage en verre à l’arrière de la salle de travail. Nos deux amis se « réjouissent dans le dos des participants » francophones à la Conférence Annuelle… ! C’est la proximité visuelle avec les bénéficiaires qui est source de satisfaction pour les deux traducteurs officiels de la Conférence : la relation directe est possible, les retours et réajustements aussi.
Traduisant pas à pas les débats, ils améliorent les possibilités de participation active de tous les présents représentant quatre pays francophones différents. Leur travail débute dès le mois de mars, à l’arrivée des premiers documents rédigés par les diverses commissions en langue allemande. Pendant un mois, les 188 pages du rapport officiel sont appréhendés, travaillés.
Barbara, traductrice professionnelle, s’adjoint le soutien de son père, qui apporte toute son expérience de l’Église Évangélique Méthodiste et de ses rouages. Cette connaissance des personnes et des structures permet une traduction fidèle et dans l’esprit de cette dénomination. De leur point de vue, ce travail de traduction permet aussi de faire avancer les débats francophones, vu que peu de documents écrits en français existent, contrairement à la partie germanophone de la Conférence.
C’est avec joie que les participants français constatent les efforts réalisés pour leur permettre de se sentir à l’aise lors de cet événement et remercient tout particulièrement ce tandem pour leur investissement !