Éditorial

Précédent

Éditorial - Mesure et pondération


Le ton est donné : aux provocations il convient de répondre par de la pondération et de la mesure.

JP Waechter

Les provocations n’ont pas manqué le mois écoulé dans « notre douce France, le pays de mon enfance  » : entre Dieudonné qui donne dans l’antisémitisme primaire avec sa quenelle et ses sketches de mauvais goût et les Femen qui profanent sans scrupule l’Église Ste Madeleine de Paris en simulant l’avortement du Christ à même l’autel, nous avons été gâtés.

Le pays grouille de soit-disant rumeurs qui mettent le peuple en émoi et… dans la rue en affirmant que notre école aborde trop tôt les questions sensibles de la sexualité et… d’identité sexuelle avec nos chères têtes blondes…

De fait, la rumeur ne s’avère pas sans fondement, car il existe bel et bien au sommet de l’Éducation nationale un projet visant la « déconstruction des stéréotypes sociaux » des sexes masculin et féminin au nom de l’égalité. Vincent Peillon, notre ministre de l’Éducation nationale, le reconnaît explicitement quand il écrit que « les stéréotypes de genre doivent être remis en question dès l’école primaire ». Selon cette idéologie, tout ce qui fait référence à l’identité de l’homme ou de la femme est à proscrire .

Le collectif Manif pour tous soutenu par exemple par le CPDH est descendu dans la rue par centaines de milliers à Paris et à Lyon pour contester les orientations sociétales du gouvernement jugées contraires à l’intérêt supérieur de la nation. Le collectif disait son opposition à la Loi « Mariage et l’Adoption pour Tous » au nom de la préservation de la filiation père-mère-enfant comme au nom de l’éducation des enfants par leurs parents. Le collectif disait également son opposition à la PMA* ouverte aux couples de femmes et aux célibataires et à la GPA** également quelle que soit la composition du couple.

Ces événements posent la question plus large de notre réponse de chrétiens aux provocations de tous genres. Entre l’indifférence et la protestation, quel sera notre choix ?

Le pasteur Charles Nicolas suggère une voie médiane empreinte de lucidité et de mesure. Quant au pasteur Antoine Da Silva, il esquisse la voie par excellence que nous décrit l’Apôtre Paul dans son épître aux Corinthiens, l’amour.

Nous emprunterons ce chemin d’excellence « quand nous prendrons la direction de tout ce qu’il faut croire et de tout ce qu’il faut espérer, en comptant sur Dieu  ».

* PMA : procréation médicalement assistée

** GPA : gestation pour autrui

LIBRE À VOUS DE TÉLÉCHARGER CE NUMÉRO DANS SA VERSION PDF (3,7 Mo)