La vie de nos églises (3)

“Reconnaissance et espérance” par Karine Barthelmé

Ce navigateur ne peut pas lire le fichier vidéo intégré.


Que ce soit à travers les moments de partage et de joie comme la fête de la reconnaissance, les temps de Noël ou les moments de deuil avec le « départ sur l’autre rive  » de Mme Éliane Tourn, Dieu remplit nos cœurs d’espérance : Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement.

Infos

Le 7 septembre 2008 : culte de baptême de Pierrick Wybrech (du groupe de jeunes), son témoignage profond exprimant le désir sincère de « suivre le Seigneur, sur le chemin de la conversion, de la repentance et d’une vie transformée ».

Le 29 septembre 2008 : culte d’adieu et d’action de grâces durant lequel membres et amis de la communauté ont exprimé leur sympathie pour la famille de M. Fabrice Tourn et leur reconnaissance pour l’engagement profond et le rayonnement de son épouse à Mulhouse.

Fête de la reconnaissance, les 11 et 12 octobre 2008

Placée sous le signe de la reconnaissance, cette fête inter génération marque un temps fort dans la vie de l’église et permet de « resserrer les liens fraternels », de s’ouvrir aux autres, d’échanger, de partager…

Le samedi après-midi fut animé par des stands et ateliers : stand littérature biblique, vente d’objets en tissu, de gâteaux fabrication maison, sans oublier l’atelier pour enfants et jeunes réalisant une superbe fresque à travers laquelle ils ont exprimé à leur manière leur vision du « bonheur ».

Le buffet canadien (composé de salades, de fromages et de pâtisseries) fut suivi d’une soirée de réflexion animée par des jeunes de l’église et par Alfred Hummel, guitare en mains.

« Mur mûr  »

Réalisé par Noémie Juncker, Jérémy Fabrègue, Ingrid & Sébastien Schopperlé et un groupe de jeunes de Tabor, « Mur mûr » est un court-métrage de 10 mn qui a obtenu le 1er prix du « festival du court-métrage chrétien en Alsace ».

« Mur mûr » est un film porteur d’espérance, dans lequel il y a un moment où, enrôlé dans une bande de potes et voyous, le jeune (l’acteur principal) bascule : alors que ce dernier est sur une mauvaise pente : délinquance, haine, violence, alcool… Il est embarqué dans une action de braquage de banque : en longeant le bâtiment, il touche le mur de brique avec sa main ==>

à ce moment crucial, en « flash-back », il se souvient alors du temps du bonheur, de son geste linéaire, frôlant le mur blanc de sa nouvelle maison le jour de son mariage. Le but de cette réalisation artistique est de mettre en valeur le « facteur déclic » d’une réelle « conversion intérieure ». Ce souvenir soudain du bonheur est à l’origine du changement d’attitude de ce jeune : il fait demi-tour, renonce à participer à ce braquage, jette sa cagoule noire dans une poubelle et prend la fuite. Il fait un choix décisif pour son avenir, pour un nouveau départ.

Que s’est-il donc passé ? Peu importe, cela reste un mystère et seule la véritable réponse à cette question vient de Dieu, car Lui seul peut sonder les pensées et toucher le fond du cœur de l’homme.

« Mûr mur » est un jeu de mots : combien de fois allons-nous dans un « mur », parce que nous voulons être indépendants de Dieu, que nous pensons être assez grands, assez adultes, suffisamment « mûrs dans notre vie » !

Témoignages, sketch et poésie

Dimanche, le culte de reconnaissance fut animé par des chants et cantiques de la chorale, de l’école du dimanche, par des témoignages (en particulier celui de notre amie Christiane née avec ses yeux mais qui a un moment de sa vie a perdu la vue) : depuis bientôt 10 ans, elle a appris à se déplacer, à aller vers les autres, et à redécouvrir les joies de la nature, guidée par sa chienne Naïka si affectueuse ! « Dieu a apporté la vue et la lumière à mon cœur » dit-elle. « Dieu m’aime et je me sais aimée par Lui. »

Par un sketch « à la recherche de l‘amour et du bonheur », le groupe de jeunes nous a rappelé que seul l’amour divin peut guérir nos blessures et nous faire renaître à la lumière. Cet amour inconditionnel ne s’explique pas, ne s’achète pas et ne se mesure pas.

Avec beaucoup d’humour, Paul Karrer a composé un poème sur un vieux banc en bois de l’église fait en 1894.

Pour terminer, nous avons eu la joie de présenter à Madame Staub tous nos vœux de bonheur et de bénédiction pour son 90e anniversaire (le 16.10.08). Depuis 1925, sa présence à Tabor souligne son attachement et sa fidélité à l’église.

Noël

La fête de Noël nous a permis de revivre le message de la bonne Nouvelle, pour le don de notre Sauveur. Merci à toute l’équipe de l’école du dimanche pour les chants, les sketchs et les magnifiques décors. Merci également à la chorale pour sa participation.

À méditer

Petite méditation sur le sens du bonheur pour la nouvelle année 2009 :

« Le bonheur, ce n’est pas faire ce que l’on aime,

c’est aimer ce que l’on doit faire » *

Ce que l’on doit faire, c’est la volonté de Dieu

qui tient notre existence dans Sa main,

Dieu notre Abri, notre Aurore, notre Lumière,

Dieu notre Seigneur et notre Maître.

* Georges V (Roi d’Angleterre et empereur des Indes, 1865-1936)