Méditation

"Participer à la grandeur de sa puissance" par le pasteur Hocine Kaci-Amer

À partir de l’épître de Paul aux Éphésiens, le pasteur Hocine Kaci Amer de St-Imier nous invite à méditer sur les ressources inouïes enfouies dans la résurrection du Christ et données en partage à tout croyant.
Je prie le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père de gloire, … D’illuminer les yeux de votre cœur, afin que vous sachiez quelle est l’espérance qui s’attache à son appel, qu’elle est la glorieuse richesse de son héritage au milieu des saints, et qu’elle est l’infinie grandeur de sa puissance envers nous qui croyons selon l’action souveraine de sa force.
C’est cette puissance qu’il a déployée dans le Christ, en le ressuscitant d’entre les morts et le faisant asseoir à sa droite dans les lieux célestes, au-dessus de toute principauté, autorité, puissance, souveraineté, au-dessus de tout nom qui puisse être nommé, non seulement dans ce siècle présent, mais encore dans le siècle à venir
. (Ep 1)
Prendre conscience de ses limites
Le croyant sait qu’il ne peut rien, la Bible même le confirme, sans lui nous ne pouvons rien faire (Jn 15). Le croyant le sait même trop bien. Il se replie dans son impuissance. Il finit par s’y complaire, comme si c’était là le centre de sa certitude et non pas seulement l’envers de la bonne nouvelle de la puissance de Dieu.Et si Dieu nous dit que sans Lui nous ne pouvons rien faire, si la Bible nous parle des hommes simples et semblables à nous, par lesquels Dieu a accompli de grandes choses. Il agit ainsi afin que la gloire ne revienne qu’à Lui, car s’il y a une chose que Dieu ne veut pas partager avec quiconque, c’est bien Sa Gloire.
… Mais aussi de la puissance du Ressuscité
« Ensevelis avec le Christ » (Rm 6), nous restons là, dans sa tombe, comme si elle n’était pas précisément la tombe de notre impuissance. Comme si la pierre n’était pas roulée et la porte ouverte sur le monde de la puissance de Dieu. Comme si l’on pouvait appartenir à Jésus-Christ sans être emporté par le torrent de sa victoire. La tombe de Jésus-Christ est le lieu, si je puis le dire ainsi, où la puissance de Dieu est venue rejoindre et vaincre toutes impossibilités du monde, elle est le lieu où la sagesse humaine est confondue par la puissance de Dieu et le lieu où la mort a perdu son aiguillon !L’apôtre Paul ne demande pas que nous soyons puissants, mais que nos yeux s’ouvrent sur le déploiement unique de la puissance de Dieu dans le ministère, puis dans la résurrection et l’ascension de Jésus-Christ. Car les paupières de notre âme sont obstinément baissées, comme si la pierre refermait à nouveau la tombe de notre Seigneur. Pour la plupart d’entre nous, le rideau se referme au sortir du culte le dimanche matin.
Les yeux ouverts, les pas décidés
Que le Saint-Esprit ouvre donc nos yeux, tellement que nous soyons sous le coup de la puissance de la résurrection et que, laissant derrière nous le prince de ce monde enchaîné avec son armée, son armée de démons et d’idoles, nous allions en nouveauté de vie dans l’assurance que tout est possible à Celui qui a couvert de gloire ce Jésus que nous avions couvert de honte. Oui, nous pouvons avoir cette assurance que tout est possible à notre Dieu, encore aujourd’hui, car Il est le même hier, aujourd’hui et demain, parce qu’Il est celui qui était, qui est et qui vient, oui, Il est le commencement et la fin et le monde entier est dans sa main.Que nos yeux s’ouvrent, pour que la puissance, secrète encore, mais infinie, de Dieu nous apparaisse et que, victorieux par la foi, nous n’ayons plus qu’à franchir le Jourdain mis à sec et les murailles écroulées de Jéricho. Et Dieu seul sait que chacun de nous a « son Jourdain » qu’il n’ose pas franchir et que chacun de nous a des murailles de Jéricho à abattre pour être libre de suivre le Christ.Chrétiens du 21e siècle, cessons de ne tourner qu’autour de nos propres personnes, nos propres besoins, arrêtons-nous un peu et tendons l’oreille à Celui qui nous appelle et qui nous demande de nous mettre à son service, à son service dans nos familles, dans nos lieux de travail, mais surtout à son service dans nos églises locales.Voyez, disait Jésus à ses disciples, la moisson est grande et il y a peu d’ouvriers (Mt 10).La bonne nouvelle, c’est que tout est accompli et nous n’avons qu’à marcher dans les pas du Tout-Puissant. Oui Jésus-Christ est Ressuscité, gloire à Dieu !

commandement.gif