La vie de notre Église (1)

Assemblée Générale de l’UEEMF les 5 et 6 avril 2008 à Chamaloc (Drôme) Impressions personnelles par Jean-Paul Ohanessian


Impressions à chaud d’un participant montilien à l’Assemblée Générale de l’Union à Chamaloc.

Ce navigateur ne peut pas lire le fichier vidéo intégré.


Contentement

Cet article est celui d’un homme content de son Union d’églises, de son comité directeur, de ses pasteurs et de tous ses frères et sœurs présents ce week-end-là. C’est si rare aujourd’hui qu’il vaut la peine de s’y arrêter.

Chaleureux accueil

Un grand merci également à tous nos bénévoles montiliens et aux intendants de la Maison du Rocher qui nous ont accueillis avec beaucoup de chaleur ; nous étions 120 ce samedi 5 avril 2008. Je précise que je ne suis pas payé pour adresser une telle louange et de tels compliments à l’Église.

C’est vrai que l’affection n’a plus bonne presse car il n’y a pas de sentiments innocents. Il est vrai que rien n’est parfaitement clair ou pur mais je vous avoue que je préfère quand même une Église ou il y a de l’affection, avec les risques que cela comporte, à une Église où régnerait une objectivité réfrigérante qui finalement pourrait être de l’indifférence déguisée.

Misères et miséricorde

Bien sûr, il y a des misères dans l’Église mais je sais que Jésus-Christ y travaille quand même et cela malgré nos étroitesses. Bien sûr, notre Église n’est pas idéale et j’en suis la preuve flagrante ! Mais la grâce du Christ est encore à l’œuvre, mes amis, et c’est à Lui que va cette louange.

Ce week-end, à Chamaloc, j’ai vu, oui de mes yeux vu, (non pas rêvé) de la consolation, des encouragements et une communauté réelle. J’ai vu une Église, que dis-je, une Union d’Églises (20 étaient représentées) avec un même accord, un même amour, un même projet, unanime.

Le salut du Christ est vrai, il est vécu dans la communauté du Christ, chez ceux qui le connaissent et l’ont reçu, et c’est cela que j’ai vu de mes yeux. Et je rejoins ici Jésus et son grain de moutarde de foi qui suffit à faire se jeter les montagnes dans la mer. Oui, j’ai vu une communauté débordante de foi, d’espérance et d’amour. Cela suffit pour faire de grandes choses, pour marcher ensemble.

Il suffit de peu de choses à l’Église pour qu’elle vive ce qu’elle est ; il y suffit d’un peu d’amour. Les différences dans l’Église sont profitables quand elles aident à se situer, à approfondir les intuitions. Cela s’appelle l’émulation spirituelle.

Un mot tout de même sur la générosité de ses membres. Le don est la première forme de sacerdoce universel, de communion à l’Évangile et c’est grâce à vos dons que nous pouvons entreprendre, réformer, brasser des projets.

Des projets à la pelle

Projets ? En voici quelques-uns en vrac : Continuer à aider nos pasteurs en formation ou débutants dans le ministère, les librairies Certitude, les projets de vie, l’entretien de nos bâtiments.

Loué soit Dieu pour Landersen, la Maison du Rocher, où nous avons été si bien accueillis, les Ramières, tous ces lieux où nous pouvons sortir de l’agitation du monde pour prendre du temps à part avec notre Père et discuter avec lui. Soutenir et accompagner notre surintendant Daniel et notre ami Hocine en Algérie d’où nous recevons des nouvelles inquiétantes. Merci pour votre générosité, l’offrande de notre culte (un peu plus de 1400 euros) sera entièrement versée à Connexio Algérie pour nous tenir près de nos frères et sœurs. Sans nos dons, il nous faut accepter nos misères, accepter de vivre rabougris, moribonds et de voir l’Évangile de Jésus-Christ stagner.

De l’amour à partager

Décidément, j’ai vu une Église différente des autres groupes humains, car elle est parfois le lieu de dévouement et de générosité exceptionnel et pour ce week-end en tout cas, le lieu d’une réelle unité en poursuivant d’un même pas le même but.

Ma prière est que chacun puisse ramener dans sa propre paroisse ce supplément de bonté, ce supplément de temps, ce supplément d’âme qui vous permettront de consoler, d’encourager, d’édifier dans une joie totale, une communauté réelle, c’est-à-dire, l’œuvre du Christ.

Présentons au monde une communauté humaine spécifique afin de montrer aux hommes que le Christ a vraiment changé quelque chose ici bas. Merci encore, vous m’avez tous nourri et je me suis régalé, et au plaisir ! Amitiés fraternelles en Christ, Jean-Paul.