Formation continue

Un pasteur en formation - Interview du pasteur Pitschi Nhoy Kazadi par Sylvia Otto, EEM Genève

Pitshi.jpg


Quel que soit le métier, un professionnel se doit d'être à la page, s'il veut être performant. Un pasteur poursuivra en continu sa formation pour mieux servir l'Église. Pour le pasteur Pitshi de République démocratique du Congo cette formation prend la forme d'une année de présence et de labeur académique à la Faculté de Théologie de Genève avec le soutien de Connexio. Sylvia Otto l'interroge sur cette expérience.
(SO) : Comment vivez-vous une communauté méthodiste de Suisse ?

(PP) : J’ai rencontré une communauté de partage en vivant avec diverses familles. Ensuite, dans les paroisses d’Onex et de Schlaat, j’ai simultanément découvert une communauté chrétienne qui a besoin non seulement d’entendre la Parole de Dieu, mais surtout de l’apprendre. Car à Onex, dans nos discussions, lors d’études bibliques, les chrétiens suisses ont un grand intérêt à apprendre la Parole de Dieu. C’est pourquoi mes collègues pasteurs suisses doivent essayer de changer de stratégie. Ici, ils doivent, à l’instar de Jésus, tenter de répondre surtout à la question du jeune homme riche Que dois-je faire… ? Mt 19.16.

 

(SO) : Vous êtes pasteur vous-même, quel est le profil d’un pasteur en R.D.C ? Qu’attendent de vous les membres de votre communauté ?

PitshiNgoyKazadi02.jpg

(PP) : L’enseignement est la tâche primordiale de tout pasteur. Car la doctrine sociale n’est pas pour l’Église un privilège, une digression, une commodité ou une ingérence : l’Église a le droit d’évangéliser le social, c.-à-d. de faire résonner la Parole libératrice de l’Évangile dans le monde complexe de la production, du travail, de l’entreprise, de la finance, du commerce, de la politique, de la jurisprudence, de la culture et des communications sociales, dans lesquels vit l’homme. Le pasteur doit suivre ses fidèles pas à pas, partager leurs joies et leurs souffrances, surtout dans l’accompagnement pastoral lors de la cure d’âme où il exerce constamment le travail de la médiation. Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile (1Co 9,16). Les membres de mon église attendent de moi une contribution efficace au service de l’Église.

PitshiNgoyKazadi03.jpg

 

(SO) : Que souhaitez-vous à vos frères et sœurs en Christ de Suisse ?

(PP) : Que mes frères et sœurs en Suisse aient de l’espérance en Dieu, car la vie après la mort est une évidence et non une action philosophique (Lc 16.19-31). Que le Dieu d’amour, de grâce et de paix les bénisse abondamment et qu’ils ne se fatiguent pas dans l’exercice philanthropique.

La personne

Le pasteur Kazadi Pitshi Ngoy a 48 ans, est marié avec Esther et père de 7 enfants entre 5 et 19 ans. Le Congolais est un des boursiers soutenus par Connexio. Il se spécialise dans le domaine de l’éthique. Son sujet d'étude à l’université de Genève : « Une approche éthique du développement : Contribution de l’Église Méthodiste Unie au Nord–Katanga à la synergie de la lutte contre la faim ». Par le passé, il a été directeur d’école primaire, aumônier à l’l.S.P., pasteur de paroisse et trésorier de la Conférence Annuelle.