La vie de notre Église

Faisons connaissance ! (2)

En réponse à nos prières, le Seigneur suscite des ouvriers pour sa moisson : deux stagiaires en la personne de Samuel Winkelsass et Catherine Sébène. En quelques lignes, ils se présentent à vous, vous précisant leur parcours et leurs centres d’intérêt. Dieu les bénisse en notre sein !


Samuel Winkelsass

Mon nom est Samuel Winkelsass et j’ai 31 ans. Marié avec Anne-Marie, nous sommes les heureux parents du petit Simon âgé de 4 ans. Nous vivons actuellement à Bischwiller, une petite ville alsacienne qui se situe environ à 30 km au nord de Strasbourg. Comme la plupart des Alsaciens, j’aime la choucroute et les knacks, mais j’aime également le badminton, les balades, passer du temps avec mes amis, servir le Seigneur et son Eglise.


Je suis informaticien de métier et j’ai travaillé dans ce domaine pendant environ 10 ans. J’ai démarré mon stage probatoire au mois de novembre dans la communauté de Strasbourg. Cela faisait déjà un moment que j’aspirais à servir le Seigneur à plein-temps, mais je n’avais jamais osé franchir le pas.

Aujourd’hui c’est chose faite : je remercie le Seigneur de me permettre d’effectuer ce stage. C’est une belle aventure avec des défis, des difficultés, mais aussi de belles rencontres et de belles expériences. Je profite de ces quelques mots pour remercier les membres de l’église de Strasbourg et le pasteur pour leur accueil chaleureux. Ma prière pour ce stage est que le Seigneur confirme ou non mon appel à devenir pasteur.

Catherine Sébène

Je suis Catherine Ehoussou Sébène, de l’Église Évangélique Méthodiste (E.E.M) – Péniel, de Paris, se réunissant à Colombes (92).


Ce que je peux dire de moi ?

D’origine ivoirienne, j’ai été enseignante de français et adjointe au chef d’établissement au pays avant de devoir me replier en France en raison des événements qui ont secoué mon pays. Au niveau de mon Église, l’Église Méthodiste Unie — Côte d’Ivoire (EMUCI), j’ai été prédicatrice laïque et pour un temps présidente des laïques à San Pedro.

Mon ancrage en Christ

Je suis profondément convaincue d’être la propriété de Dieu, ce qui me donne de l’assurance dans les situations que je traverse. J’aime lire, me mettre au service de mon prochain, écouter de la musique et par-dessus tout danser devant Dieu, comme le roi David. Je n’aime pas les ‘alliances’ tissées contre un tiers. Je ne cherche pas particulièrement à me faire aimer, mais plutôt qu’on m’apprécie à ma juste valeur… Ce qui me préoccupe c’est ma position en Christ !

Objectifs de mon stage

Je suis en stage à l’Église Évangélique Méthodiste de Metz. Ce stage me permet d’aller à la rencontre de mes frères et Sœurs en Christ de Metz pour partager leur quotidien et découvrir une autre façon d’adorer Dieu.

Je suis très motivée pour faire ce stage, convaincue qu’il me sera d’un grand apport pour le service pastoral : l’expérience vaut mieux que toute érudition !

Ainsi, ce que j’attends de ce stage peut se traduire par ces deux images.

Un temps de préparation

La première image se trouve en Ex 3.4-5 : L’Éternel vit qu’il (Moïse) faisait un détour pour voir (le buisson-ardent) ; et Dieu l’appela de l’intérieur du buisson et dit : Moïse ! Il répondit : Me voici ! Dieu dit, n’approche pas d’ici, ôte tes sandales de tes pieds, car l’endroit sur lequel tu te tiens est une terre sainte.

Comme les sandales transportent avec elles la poussière, la boue, toutes sortes de scories du chemin sur lequel on marche, et peut donc salir la maison dans laquelle on entre, l’idée qu’on a du service de Dieu, ou notre mode de vie, peut être entaché par nos préjugés et autres désirs qui peuvent constituer des entraves au bon fonctionnement d’une église, d’un service à la gloire de Dieu. Le temps de stage est le « lieu pour se faire propre » avant d’entrer dans le service pastoral, dans le saint ministère !

Découverte du ministère

La seconde image est celle de l’avion, qui prend son vol. En bout de piste, il marque un arrêt avant de s’envoler. Comme pour « réfléchir » et « apprécier », l’immensité, le mystère du firmament, de l’espace qu’il va traverser. Alors quand il s’envole, rien ne peut le retenir, l’espace même lui fait place ! Seul le pilote sait lire son tableau de bord ; lui seul sait voir le « chemin à suivre pour arriver à bon port », quand le passager et celui qui regarde l’avion depuis le sol, ne voient que « les nuages » ! Ce stage me permettra de voir, un tant soit peu, l’immensité, le mystère du ministère pastoral. Ainsi, si je m’y engage, si je prends mon envol, je saurai alors voir, par la grâce de Dieu (mon tableau de bord), le chemin qu’Il a tracé pour moi, et ainsi je le parcourrai sans « qu’aucune prison ne puisse me retenir ! »