La vie de notre Église (3)

TROIS NOUVEAUX PASTEURS

Faisons plus ample connaissance de trois nouveaux pasteurs en activité dans le district francophone intégrés dans la Conférence annuelle à titre de membre probatoire. Bienvenue aux trois nouveaux collaborateurs.


David Loché

38 ans

Lieu de ministère :

Colmar

Situation familiale/Famille :divorcé/célibataire pour l’instant

Ce que j’aimerais encore dire concernant ma personne :

... Que je vais bien ?

Qu’est-ce qui me motive d’accomplir le ministère de pasteur dans l’Église Évangélique Méthodiste  ?

Tout d’abord ce qui m’intéresse, c’est de servir le Seigneur et c’est dans le ministère pastoral que, me semble-t-il, s’expriment le mieux les dons qu’il m’a donnés. Ensuite pourquoi l’Église Méthodiste ? Certainement que le point de départ est celui de mon cheminement spirituel qui s’est déroulé au sein de cette église à Agen. Ce cheminement spirituel s’est aussi développé dans des circonstances plus ou moins douloureuses qui ont permis à l’église de m’entourer plutôt que de me rejeter. Il faut dire que dans d’autres dénominations, certains statuts familiaux sont rédhibitoires. Au sein de cette communauté, ce fut au contraire l’occasion de m’intégrer au sein du conseil et de me donner quelques responsabilités dans l’église. Je me sens donc redevable d’une telle église et si je dois travailler en tant que serviteur du Seigneur c’est dans une telle église ou se sont développées de telles facultés d’ouverture et d’expression de l’amour fraternel que j’ai envie de travailler. Pour le reste, je considère qu’il s’agit aussi d’un chemin ouvert par le Seigneur. C’est dans cette voie que les portes se sont ouvertes, bien que j’aie tenté d’en ouvrir d’autres. Je reste toujours attentif aux portes ouvertes par le Seigneur. C’est Lui qui décide.

Qu’est-ce qui pour toi est l’essentiel, le cœur, le plus important de ou dans ma foi ?

Pour répondre brièvement, je crois que la foi est un grand mot qui ne veut rien dire, s’il ne se rattache pas à quelque chose. On l’utilise à toutes les sauces aujourd’hui, avoir foi en soi, avoir la foi sans dire en quoi… Pour moi, le cœur de la foi, c’est l’objet de notre foi si l’on peut parler d’objet et s’exprimer en ces termes. C’est Celui vers qui notre foi est dirigée, un Dieu unique en trois personnes : Dieu le Père créateur du Ciel et de la terre, infiniment bon aimant et juste (… On ne va pas faire de la théologie ici et je n’énumère que certains attributs, Jésus le Fils Seigneur et Sauveur, mort pour moi et pour tous ceux qui mettent leur foi en Lui afin d’être sauvés, ressuscité le 3e jour et qui siège aujourd’hui à la droite du Père. Je crois au Saint-Esprit, Esprit de Dieu et de Jésus envoyé par eux, le Consolateur le Paraclet qui habite en tous ceux qui mettent leur foi en Jésus. C’est Lui qui convainc de péché et qui témoigne à mon esprit que je suis enfant de Dieu. C’est aussi Lui qui aujourd’hui encore agit pour me soumettre à la volonté de Dieu, me rendre obéissant, me faire connaître chaque jour mieux ce que c’est que d’être enfant de Dieu, cohéritier de Christ. Le fruit que porte un tel changement de système de valeurs opéré par la régénération de l’Esprit, c’est l’amour pour Dieu et pour les autres. Tous les autres fruits découlent de celui-ci…

Qu’est-ce que j’aimerais apporter, partager dans mon ministère avec les personnes de mon entourage ?

Avec ceux qui sont en dehors de l’Église, la joie d’être sauvé, de vivre une relation avec Dieu restaurée, de connaître Celui qui a donné un sens à ma vie, de partager les joies, les peines d’accompagner ceux qui souffrent, et ceux qui se réjouissent, d’être un panneau indicateur qui pointe vers Jésus si je le peux avec mes moyens. Avec ceux qui sont dans l’Église… La même chose en gros. On pourrait détailler le programme, pour parler de mon désir de partager la Parole de Dieu. La très haute opinion que j’ai de l’inspiration plénière des Écritures tout en n’étant pas littéraliste, le désir « piétiste » de progresser dans la sanctification qui n’est pas seulement une caractéristique méthodiste mais qui devrait être une caractéristique de tout chrétien. Le désir de vivre une relation toujours plus forte avec le Seigneur non pas dans une dérive sentimentaliste mais dans un désir chaque jour renouvelé de rechercher sa face.


Joseline Waechter

pastedgraphic_1-6_med_hr.png


Lieu de son ministère : depuis la fin septembre, Paris.

57 ans

Situation familiale/Famille : mariée, quatre enfants.

Ce que j’aimerais encore dire concernant ma personne

Je suis responsable de la formation des prédicateurs laïques du CMFT, j’étais très engagée jusqu’ici dans le travail du Carrefour des Femmes.

Qu’est-ce qui me motive d’accomplir le ministère de pasteur dans l’Église Évangélique Méthodiste ?

C’est l’appel du Seigneur à le faire, à travers mon surintendant, d’abord pour dépanner Alger et Colmar (2005-2006), puis travailler en duo avec mon mari pour les trois paroisses de Paris à partir de cet automne.

Qu’est-ce qui pour toi est l’essentiel, le cœur, le plus important de ou dans ma foi ?

Ma relation avec Lui, puis avec les autres.

Qu’est-ce que j’aimerais apporter, partager dans mon ministère avec les autres personnes de mon entourage ?

L’enseignement de la Parole et la communion fraternelle sous toutes ses formes.


Théodore Paka

pastedgraphic_2-2_med_hr.png


Lieu de ton ministère : Saint-Imier (Suisse)

49 ans

Situation familiale/Famille : célibataire

Ce que j’aimerais encore dire concernant ma personne ?

Ancien prêtre catholique, j’ai assuré des cours de théologie morale et les fonctions d’économe au Grand Séminaire catholique de mon pays (le Congo Brazzaville). Dans le cadre de ma réorientation, j’ai bénéficié d’une formation chez les ADD (Assemblées de Dieu), sous le régime du tutorat, avec quelques sessions à leur Institut de Théologie Biblique. Pendant quelques années, j’ai connu en France l’immersion dans le monde du travail.

Qu’est-ce qui me motive à accomplir le ministère de pasteur dans l’Église Évangélique Méthodiste ?

La nouvelle conscience engendrée par l’événement de ma conversion m’a toujours poussé, pour des raisons de reconnaissance et d’adoration du Seigneur à m’engager en faveur de la collectivité ; d’où mon orientation vers le ministère de pasteur. En raison d’une part de son aptitude à rencontrer les autres églises et d’autre part de l’accent qu’elle porte sur le côté pratique de la foi (le vécu), l’Église Évangélique Méthodiste est une famille avec laquelle je pense avoir beaucoup d’affinités.

Qu’est-ce qui pour moi est l’essentiel, le cœur, le plus important de/ou dans ta foi ?

La réalité qui est au centre de ma foi présente deux aspects liés. D’abord le don que Dieu fait aux hommes de la vie régénérée. Ensuite, l’oeuvre accomplie à la croix par Christ et qui nous permet de recevoir cette vie pleinement purifiée. Voilà ce qui me tient debout.

Qu’est-ce que j’aimerais apporter, partager dans mon ministère avec les personnes de mon entourage ?

Dans mon ministère, je rêve de partager avec mon entourage l’intérêt qu’a l’homme d’apprendre à toujours aimer comme le Seigneur l’a enseigné, le besoin pour notre temps de développer une conscience fraternelle comme source de fécondité spirituelle et vecteur d’un monde meilleur.