Actu (1)

Chrétiens et musulmans

Patrick Streiff, évêque de l’Église Évangélique Méthodiste

Rubrique commune à quatre journaux (Christ seul, Pour la Vérité, Construire ensemble et ENroute).

eveque_Patrick_Streiff.jpg

Fin février, la presse francophone a publié plusieurs articles concernant la situation des chrétiens en Algérie. La cohabitation entre musulmans et chrétiens était également à la une des journaux en Angleterre (remarque de l’archevêque de Canterbury sur des zones d’application de la charia dans la sphère privée), en Suisse (initiative populaire sur l’interdiction de construire des minarets), au Danemark (republication des caricatures du prophète pour souligner la liberté de la presse) et en Allemagne (discussion sur l’intégration des musulmans dans la société suite à l’incendie d’une maison). Avec notre évêque Patrick Streiff, retour sur une question délicate, la cohabitation entre chrétiens et musulmans : comment vivre ensemble ?

L'Algérie a envoyé vingt-neuf nouveaux imams et deux prédicatrices en France pour répondre aux besoins religieux des musulmans maghrébins. Le ministre des affaires religieuses, M. Bouabdallah Ghlamallah, les a appelés à « faire montre d’une conduite exemplaire, de dialoguer de la meilleure manière avec l’autre, notamment les non-musulmans, et de veiller à mettre en valeur la véritable image de l’islam » (La Croix, 17 février 2008). La France a une tradition particulière de laïcité, établissant la séparation entre Églises (et autres religions) et État. Ensemble avec les autres États occidentaux, la France ne défend pas seulement la liberté religieuse, mais également d’autres libertés déterminant l’action des communautés religieuses comme la liberté de presse, la liberté d’association, etc.

En Algérie, la constitution garantit la liberté de conscience. Il y a deux ans, l’État a promulgué pour la première fois une ordonnance « fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman ». L’année dernière, les décrets exécutifs y afférant ont été publiés. L’ordonnance donne le cadre légal à l’exercice du culte chrétien, ce qui constitue un avantage par rapport au passé. Elle fixe également les dispositions pénales avec des punitions sévères pour toute infraction. Depuis le début de cette année, plusieurs condamnations ont été prononcées sur la base de cette nouvelle législation. Des journaux algériens ont publié toute sorte d’accusations contre les chrétiens, dénonçant leur « prosélytisme » et la venue de missionnaires étrangers. Le Figaro, dans son édition du 26 février 2008, a titré : « Les chrétiens pourchassés en Algérie » et « Les chrétiens d’Algérie en butte aux tracasseries ». Ce journal présente autant les difficultés des Catholiques que celles des Protestants.

Au cours de mes voyages dans les différents pays concernés, j’ai fait l’expérience de grandes différences dans la relation entre musulmans et chrétiens. En Europe de l’Ouest, nous sommes entrés dans une phase de contacts officiels. Nous rencontrons des représentants musulmans qui soulignent la tolérance de leur religion et expriment leur souffrance devant la discrimination dans l’exercice de leur religion. Dans un pays comme la Macédoine comportant une grande minorité musulmane, j’ai trouvé que toutes les grandes religions officiellement reconnues avaient la forte volonté de collaborer au bien et à la paix. En Algérie, la présence chrétienne est vue par beaucoup de musulmans comme un danger. Mais cela n’a pas seulement une connotation religieuse. Le sentiment d’être agressé et de devoir défendre son identité se base également sur l’expérience d’une domination politique, économique et militaire des États occidentaux envers le monde musulman depuis un siècle.

Il est évident que le cadre légal pour l’exercice d’une religion diffère, selon que l’État est laïc ou qu’il considère une des religions comme religion d’État. La conversion d’un individu d’une religion vers une autre a été et est toujours respectée différemment selon la religion chrétienne et la religion musulmane. Néanmoins, les chrétiens, dans un pays occidental comme la France aussi bien que dans un pays musulman comme l’Algérie, devraient vivre selon l’Évangile :

- Dans l’écoute et le respect d’un croyant d’une autre religion ;

- Imprégnés de l’amour du prochain qui ne réagit pas par la peur ou des mesures de rétorsion ;

- Vivant un témoignage authentique fidèle à sa propre conviction tout en s’abstenant de dénigrer l’autre.

À la longue, une telle attitude facilitera la cohabitation des religions dans chaque État. Il nous faut adopter cette attitude avec patience et énergie.

Patrick Streiff, évêque

Église Évangélique Méthodiste