Méditation

“L’heure du réveil a sonné” par le pasteur Pascal Gaudin

Vous savez en quel temps nous sommes : c’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil (Rm 13.11)


0000001090L.jpg

Ces paroles de l’apôtre Paul sous-tendaient le thème de l’Assemblée du Désert 2008 : le « Réveil ». En effet, cette année est celle du 150e anniversaire de la mort de Charles Cook (1787-1858), le pasteur missionnaire méthodiste anglais, à l’origine d’un « Réveil » qui se propagea principalement dans le Gard, ainsi qu’en Suisse Romande, au XIXe siècle. Partant de cet anniversaire, Pascal Gaudin nous adresse une exhortation de circonstance.

Charles Cook

Suite au travail persévérant de Charles Cook, relayé par celui de ses collègues, beaucoup d’hommes, de femmes, d’enfants, firent l’expérience du salut en Jésus-Christ et devinrent des disciples zélés, cherchant à grandir dans la connaissance de Dieu et la sanctification. Ce « Réveil » était rendu nécessaire par l’état spirituel dans lequel se trouvaient la plupart des églises de la région, comme le reconnaissaient alors plusieurs protestants. Ainsi, une arrière-petite-nièce de Roland, le capitaine Camisard, affirmait : « Ça va bien mal chez nous ; on a renié la foi ; on n’est plus protestant, et sans les Wesleyens, je ne sais pas ce qu’on serait devenu… Nous [leur] devons beaucoup… Seuls, pendant bien des années, [ils] nous ont prêché l’Évangile » (Brochure éditée à l’occasion du centenaire de l’EEM d’Anduze, p 2-3). Celui qui a le plus étudié et écrit sur cette période de « Réveil » est certainement Matthieu Lelièvre (1840-1930), l'une des grandes figures du méthodisme français, pasteur, mais aussi journaliste, historien et théologien. Il était l’un des fils de Jean Lelièvre, collègue de Charles Cook dans le Gard pendant quelques années. C’est à Matthieu Lelièvre que nous devons une biographie en deux volumes du pasteur missionnaire anglais. En voici de courts extraits, afin de faire connaissance avec cet homme de « Réveil » et avec le message qu’il apportait.

Un homme de réveil

Lors d’un voyage à pied en Cévennes, il entame une discussion avec un compagnon de route : « Après avoir marché quelque temps en silence, je lui ai demandé à quoi il pensait. Pas à grand-chose, m’a-t-il répondu. Je lui ai dit qu’il n’en était pas de même pour moi, qu’au contraire les choses auxquelles je pensais étaient fort sérieuses, que je songeais à l’éternité vers laquelle nous voyageons tous, à la colère de Dieu que les hommes ont méritée par leurs péchés et aux moyens d’y échapper. Je lui ai demandé ce qu’il pensait de ces questions, et comment on pouvait, selon lui, éviter les châtiments que nous méritons tous… Il m’a dit qu’il fallait faire le bien, à quoi j’ai répondu que, si l’on faisait le bien en effet, on n’avait pas besoin de pardon, mais que, quant à moi, c’était parce que je n’avais pas fait le bien que j’avais besoin de pardon. Il a fini par avouer que ce ne pouvait être en faisant le bien que l’homme obtiendrait le pardon de ses péchés, et il a enfin paru comprendre que Dieu veut que les pécheurs se repentent, qu’ils croient en Jésus et qu’ils deviennent saints » (2e volume, p 94). Sur ce dernier point, Charles Cook insistait, reprenant souvent ces paroles de l’épître aux Hébreux : Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur (12.14).

En quête de sanctification

Le revivaliste anglais proclamait ce message, tout en s’efforçant de le vivre personnellement. Il en était de même de son épouse, comme en témoignent les extraits de cette lettre adressée à son mari, alors qu’il était absent pour son ministère. Elle venait de faire l’expérience d’un total abandon entre les mains de Christ : [« Depuis], je vis dans le plus grand calme auprès du Seigneur aussi bien que devant les hommes, trouvant facilement sa présence et pouvant continuellement me réjouir dans son inexprimable amour. Il me semble que je vois plus clairement la corruption de notre nature, et surtout mon impuissance à me soutenir un seul moment par moi-même » (p 111). Cette expérience de la sanctification n’est pas statique, mais doit être renouvelée par un attachement toujours plus grand au Seigneur, comme en témoigne encore Mme Cook : « Mardi soir, je fus si tourmentée par de grossières tentations à l’incrédulité que je craignais de perdre ce que j’avais [reçu]. Je demandai à Dieu son secours, et depuis j’ai joui d’une grande mesure de paix. […] La bénédiction qu’Il m’a donnée me rend si heureuse, mon cœur me semble si léger à porter (ou plutôt il me semble que je ne le porte plus et que je vis de la vie de mon Chef), que je sens… que la sanctification est une grâce aussi importante à chercher pour les croyants que la justification pour les inconvertis » (p 111).

Effectivement, cette sanctification ne se trouve qu’en Christ, confirme Charles Cook à son épouse : « Vous sentez bien, non seulement que votre sainteté vient de [Christ], mais qu’elle est en lui ; de même que nous ne pouvons avoir la lumière du soleil qu’aussi longtemps que nous avons le soleil (p 112) ». Elle est « la perfection de la foi chrétienne, dont le caractère est de rendre Christ et son sang toujours plus précieux » (p 112) à celui qui la recherche. C’est aussi pour cela que le Nouveau Testament affirme : le Christ Jésus… a été fait pour nous sagesse, et aussi justice, sanctification et rédemption (1Co 1.30), car, en lui nous avons tout pleinement (Co 2.10). Ainsi, le message du pasteur Charles Cook ne se limitait pas à une invitation à la repentance et à la conversion. Il y joignait l’appel à rechercher la sanctification qui, seule, peut engendrer une obéissance toujours plus grande à la Parole de Dieu. Finalement, un retour au véritable christianisme !

reveil_matin.png


Le réveil sonne, il faut se lever, se relever !